fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

X
  • © Bernard Neveux

    Le fourgon à bagages (au premier plan) et la voiture Pullman CIWL de 1929 ont d’abord été acheminés par le rail de Longueville à Léchelle.

  • © Bernard Neveux

    A l’intérieur de la voiture Pullman, tout le mobilier a été soigneusement calé et protégé afin de prévenir tout risque de casse pendant le long voyage.

  • © OCTRA

    Dans le port fluvial de Bray-sur-Seine, le chargement de la voiture et du fourgon sur des barges à destination du port d’Anvers.

Patrimoine. Il était (encore) une fois l’Orient Express

19 novembre 2020
- -
Par : Anne Jeantet-Leclerc

C’est une cargaison peu banale qu’un navire roulier transporte en ce moment après avoir quitté le port d’Anvers en Belgique. La locomotive 130 B 348 de 1862 accompagnée de son tender, une authentique voiture-salon Pullman Côte d’Azur (1929) et un fourgon à bagages de la Compagnie Internationale des Wagons-lits (CIWL) ont entrepris un long voyage de plus de 8 200 miles nautiques et voguent de la France à l’Asie, via Anvers et le canal de Suez. Destination finale ? Singapour où l’Institut du monde arabe et Orient Express, filiale de la SNCF, proposeront du 10 décembre au 14 juin 2021 l’exposition Once upon a time on the Orient Express dans les Jardins de la baie (Gardens by the Bay), un immense parc de plus de 100 hectares. Présentée il y a six ans à l’Institut du monde arabe à Paris, cette exposition avait alors accueilli 270 000 visiteurs. A Singapour, les organisateurs en attendent autant, voire plus.

Les joyaux ferroviaires de l’Ajecta

Les trésors ferroviaires qui seront exposés, tous classés monuments historiques, proviennent des collections de l’Association des jeunes pour l’entretien et la conservation des trains d’autrefois-Musée vivant du chemin de fer (Ajecta), basé à Longueville en Seine-et-Marne. Les bénévoles les ont restaurés avec soin, « au prix de plusieurs semaines de travail pour la voiture- salon 1re classe Pullman 4155 », indique Bernard Neveux, responsable de la restauration des voitures de la CIWL à l’Ajecta.



Sur le même sujet

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

EN SAVOIR PLUS