fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

X
  • © CAPA Presse/ RMC Story

  • © CAPA Presse/ RMC Story

  • © CAPA Presse/ RMC Story

RMC Story. Retour sur le drame du car scolaire de Millas

14 décembre 2020
- -
Par : S. D.

Jeudi 14 décembre 2017, un peu après 16 heures, un car scolaire entre en collision avec le TER 877660 Villefranche-Vernet-les-Bains – Perpignan au niveau du passage à niveau n° 25 (sur la RD 612) de Millas, dans les Pyrénées orientales. L’autocar est littéralement coupé en deux par la violence du choc et le bilan est terrible : six collégiens décèdent et 18 autres personnes sont blessées gravement. L’émotion est immense dans la région et dans tout le pays. Dans cet épisode de la série documentaire Hors de contrôle diffusée sur RMC Story, les équipes de CAPA Presse reviennent sur les circonstances du drame, sur les différentes enquêtes diligentées à sa suite et sur ses conséquences à travers le témoignage de journalistes, d’experts du transport, mais également de témoins directs de l’accident, des rescapés et des proches de victimes.

Nous revenons tout d’abord sur le déroulé de cette journée. Le bus est parti depuis quelques minutes du Collège Christian Bourquin de Millas avec à son bord 23 élèves. Il se part en direction des communes voisines de Saint-Féliu- d’Amont et Saint-Féliu-d’Avall. A l’intersection entre la RD46, dite chemin du Ralet, d’où venait le car et la RD612 coupée par le passage à niveau, la visibilité d’un conducteur de car est réduite au moment d’accomplir une manoeuvre complexe. A l’aide de reconstitutions et d’images de synthèse, on tente de comprendre comment la catastrophe a pu se produire et quelles sont les responsabilités de chacun. Le directeur du Bureau enquête accident – Transport terrestre (BEA-TT) nous éclaire sur le contenu du rapport que l’institution qu’il dirige a rendu après plus de 2 ans et demi d’enquêtes. Un déshuntage a été évoqué un temps, expliquant une fermeture trop tardive de la barrière, mais cette hypothèse a été démentie par les enquêteurs.

Mise en examen le 20 décembre pour l’homicide involontaire des six collégiens morts dans l’accident, la conductrice connaît bien la ligne où elle assure le ramassage scolaire depuis alors deux ans. Pendant toute cette période, elle n’a jamais vu la barrière baissée. Elle avait expliqué avoir vu les barrières du passage à niveau levées. Mais la position du bloc d’articulation de la barrière endommagé dans l’accident indique que celle-ci était bien baissée. Tout comme les témoignages du conducteur du TER et des chauffeurs des véhicules qui se trouvaient de l’autre côté de la voie.

L’enquête révélera qu’elle prenait un médicament incompatible avec la conduite. Un médicament proche de la catégorie des sédatifs, qui porte la mention « danger, ne pas conduire ». La conductrice le prenait depuis sept ans. Selon la notice, sa prise ne doit pas dépasser les quatre semaines. Mais son avocat – soutenu par le rapport d’expertise – explique que ces médicaments qu’elle prenait le soir pour s’endormir ne faisaient plus effet au réveil. A priori, la vérité est ailleurs. La longueur du bus et la présence de terre-pleins de sécurité compliquent la manoeuvre de l’autocar. A l’issue de celle-ci, le nez du bus se retrouvent sur la barrière. Mais, elle est invisible à la conductrice. Son pare-brise étant trop haut. La visibilité du feu rouge pose également question. Moins grand qu’un feu routier, un pare-soleil restreint encore un peu plus son rayon d’efficacité. Bref, les causes de l’accident sont multiples.

En 2008, déjà, le drame d’Allinges (Haute-Savoie) et ses sept jeunes victimes avait marqué les esprits. Moins de 10 ans après, celui de Millas prouve qu’il reste beaucoup à faire pour améliorer la sécurité des passages à niveau et pour sensibiliser les conducteurs de cars.

Le documentaire nous emmène ensuite en Asie. Le Japon qui compte deux fois plus de passages à niveaux que la France enregistre sept fois moins d’accidents. Ils sont équipés d’un système de radars qui déclenchent automatiquement un feu rouge et l’arrêt du train en approche dès qu’il détecte une présence sur la voie.

A Millas, près de trois après le drame, les circulations ferroviaires ont repris et de nouveaux aménagements ont été réalisés afin de prévenir de nouveaux accidents au PN N°25. Restent les portraits des jeunes victimes, quelques mots griffonnés et des bouquets de fleurs pour entretenir le terrible souvenir.

Lundi 14 décembre à 21 H 05 sur RMC Story.

Hors de contrôle – Accident de car à Millas de Clémence Brassard.

Capa Presse avec la participation de RMC Story (2020).

 

Pour suivre toute l’actualité culturelle ferroviaire, suivez Samuel Delziani, chef de la rubrique Culture Rail de la Vie du Rail, sur Twitter.

Plus d’actualités et dossiers sur le rail dans La Vie du Rail version papier ou en ligne !



Sur le même sujet

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

EN SAVOIR PLUS