François Fillon, Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, Marine Le Pen et Emmanuel Macron : leurs propositions pour le ferroviaire

François Fillon, Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, Marine Le Pen et Emmanuel Macron : leurs propositions pour le ferroviaire

Présidentielles 2017 : Les propositions des candidats pour le ferroviaire

12 avril 2017
- -
Par : Marie-Hélène Poingt, François Dumont, Cécile Nangeroni et Chantal Blandin

Voici des extraits des programmes des candidats sur le ferroviaire.

A noter : Nous n’avons présenté que les programmes des candidats donnés régulièrement par les sondages au-dessus de 10 % et dont les équipes ont pu plancher sur des programmes transport suffisamment

François Fillon

Réforme de la SNCF. Feu sur l’Epic de tête !

LR veut réformer la récente loi ferroviaire, pour rouvrir le système et rendre possible la concurrence. Deux solutions techniques s’offrent. Supprimer l’Epic de tête, ou le réduire à une holding considérablement allégée. SNCF Mobilités deviendrait une SA. Et Gares & Connexions deviendrait une filiale de SNCF Réseau. Le système réformé sera-t-il désendetté ? « Nous savons que la dette n’est pas tenable et qu’il faudra faire quelque chose », dit Cyrille du Peloux. À quelle hauteur ? Ce n’est pas aujourd’hui fixé dans la maquette financière du candidat.

Benoît Hamon

Priorité au ferroviaire et à l’existant

La priorité va à la rénovation du réseau ferroviaire existant. L’État doit retrouver un rôle de stratège pour planifier l’avenir. Une loi de programmation est envisageable si elle est préparée dans une commission comparable à celle de Mobilité 21 qui avait priorisé les projets d’infrastructures sous la houlette du député Philippe Duron. Pour décider de la suite à donner aux grands chantiers engagés, Benoît Hamon s’est engagé auprès des écologistes à lancer « une conférence du consensus » réunissant experts, élus et associations : le sort du projet canal Seine-Nord est loin d’être scellé, tandis que l’avenir du projet de liaison ferroviaire Lyon – Turin semble plus incertain et celui l’aéroport Notre-Dame-des-Landes nettement plus menacé.

Marine Le Pen

Réseau ferroviaire classique d’abord

« L’urgentissime », c’est de pérenniser le réseau classique. En ce qui concerne les LGV, « le principal a été fait ». Une LGV Poitiers – Limoges, « cela n’a pas de sens ». Il faut s’arrêter une fois que les « coups partis » auront été réalisés. Des exceptions ? Il faudra réaliser Montpellier – Perpignan, qui n’est plus qu’un chaînon manquant. Sans doute une ligne nouvelle Côte d’Azur, du fait de la saturation de la ligne existante. S’agissant de Bordeaux – Toulouse, l’élu de l’Aisne est plus réservé, étant attaché au rôle structurant de l’axe Paris – Orléans – Limoges – Toulouse. Le représentant frontiste n’est pas partisan du canal Seine-Nord, qui « répond surtout aux intérêts des ports du Benelux… » Doutes aussi pour Lyon – Turin, car « les bonnes idées qui n’ont pas été réalisées tout de suite soit moins bonnes ». Compte tenu des nouveaux tunnels de base suisses et autrichien et des transports massifs nord – sud qu’ils autorisent, il faut, avant de poursuivre un projet colossal, s’assurer des flux de marchandises sur l’axe est – ouest.

Emmanuel Macron

Macron reprend la dette ferroviaire

Principe de choix pour les projets : le bon investissement, au bon endroit, au bon moment. Exemple donné par Emmanuel Macron sur RTL, Toulouse – Paris, déjà desservi par une navette Air France : « Est-ce que ma priorité en termes d’infrastructures de transport est de redéployer énormément d’argent pour venir par le train là où il existe quelque chose par l’avion ? Je ne veux pas le trancher aujourd’hui pour ne pas faire d’électoralisme ». Et pour ne pas alourdir d’avance la dette ferroviaire alors que, Arnaud Leroy l’a annoncé pour TDIE, Emmanuel Macron élu reprendrait la dette historique de SNCF Réseau, « parce que c’est une dette d’État, pas une dette d’entreprise ».

Jean-Luc Mélenchon

Une SNCF insoumise

Jean-Luc Mélenchon promet une SNCF insoumise à l’application des successifs paquets ferroviaires européens ficelés par Bruxelles. Il entend « bloquer l’ouverture à la concurrence du trafic intérieur de voyageurs prévue en 2023 ». Au niveau national, « une nouvelle loi de réforme du système ferroviaire » s’impose « pour unifier le rail en un seul pôle public ». Et d’insister sur le fait que la fusion RFF-SNCF n’a notamment pas « apuré la dette de 44 milliards d’euros, résultat du financement du réseau des lignes à grande vitesse ». Or cette dette, développe Laurent Courtois, constitue aujourd’hui « un des moyens de pression de la direction de la SNCF pour faire fonctionner cet établissement public comme une entreprise commerciale privée, pour supprimer des lignes et pour diminuer les effectifs tout en payant des intérêts juteux aux banques privées ».

Retrouvez l’intégralité de leur programme pour le ferroviaire et la mobilité dans le numéro spécial « Les programmes transport des principaux candidats pour l’élection Présidentielle 2017″

Présidentielles 2017 programme ferroviaire



Sur le même sujet

12 Commentaires

  1. Olivier 12 avril 2017 15 h 48 min

    Pourquoi ne pas indiquer que François Asselineau veuille que soit inscrit l’impossibilité de privatiser les services publics à la française dans la constitution ? La SNCF ,EDF , GDF , la poste , services d’adduction d’eau…

    • margauxmaynard 12 avril 2017 17 h 02 min

      Bonjour Olivier,
      Bonne remarque/question. Nous n’avons présenté que les programmes des candidats donnés régulièrement par les sondages au-dessus de 10 % et dont les équipes ont pu plancher sur des programmes transport suffisamment détaillés. Merci en tout cas pour votre commentaire qui informera les autres lecteurs des propositions de Monsieur Asselineau sur le sujet du ferroviaire.
      Margaux.

      • Julien G. 15 avril 2017 18 h 32 min

        scandaleux votre reponse Margaux.

      • Romain 16 avril 2017 13 h 26 min

        Donc on nous interdit le droit à l’information alors que si cette information était transmise (par soucis d’équité) cela pourrait motiver les cheminots à voter pour Asselineau ce qui le propulserai probablement au dessus des 10% que vous décrivez au vu du nombre de cheminot et famille cheminots en France.
        Rétention d’information sous prétexte que le candidat ne sera pas élu au vu de son score?!? Moi je dit qu’à raisonner comme cela il est évident qu’il ne s’en sortira pas au vu du boycott que vous lui faite subir toujours au profit des 5 têtes d’affiches corrompues!

        Bravos l’égalité!

  2. David 14 avril 2017 5 h 40 min

    Bonjour.
    Je suis quand meme surpris que vous vous permetiez de décider à la place du peuple francais qui sont les candidats qui « méritent » qu’on parle d’eux.

    Concernant par exemple l’UPR sur la SNCF.
    Francois Asselineau propose d’interdire la privatisation de SNCF ainsi que de nombreux autres services publiques. il propose egalllement de revenir a une gestion plus centralisée avec une refusion des entités qui n’ont été crées que dans le but d’en facilité la privatisation mais avec des résultats catastrophiques que l’on constate tous les jours. Francois Asselineau est par ailleur le seul qui vous informe que toutes ces modifications et ces paquets ferroviaires sont en fait des directives venant de l’Union Européenne et nous sont imposées contre la volonté ultra majoritaire du peuple francais. et que aucun candidat qui propose de rester dans l’UE meme en essayant de renegocier les traités ne pourrat les changer. Seul l’UPR dit que la seule solution pour que notre programme ( y compris la part ferroviaire) soit applicable, il faut au préalible quitter l’UE par l’article 50 du TUE.

    j’avais d’ailleurs ecrit personnellement un article sur ce sujet il y a quelque années que je vous autorise a reprendre a condition de ne pas le dénaturer et d’en citer la source. cet article se nomme « La SNCF malade des directives et des traités européens »

    je suis cheminot depuis 1994

  3. marsault 14 avril 2017 7 h 38 min

    rue frot 70 Nathalie Arthaud se prononce pour la défense du ferroviaire, pour le développement des transports en commun. Elle se prononce pour dénoncer « la réforme ferroviaire », pour le Service Public. Elle affirme la nécessité de la présence humaine dans les gares et dans les trains. Elle dénonce des conditions de travail dégradées, un management agressif. Elle défend des tarifs sociaux.

  4. Bruno 14 avril 2017 10 h 28 min

    Il est effectivement très dommageable que vous ne presentiez pas la vision de tous les candidats notamment celle de m. Asselineau qui est favorable aux cheminots et à une vraie vision du service public

  5. Carole 14 avril 2017 18 h 00 min

    Oui étrange de ne pas parler de François Asselineau…De la.pub aux gros candidats comme d habitude. …

  6. Nathalie 15 avril 2017 19 h 59 min

    Bonjour, vous ne parlez pas de l’UPR et de Mr Asselineau qui propose quand même tout simplement de revenir à la SNCF service public sans concurrence et sans casse de notre outil de travail. Et si votre reponse c’est de n’avoir parlé que de candidats qui font plus de 10% dans les sondages je ne sais pas sur quels sondages vous basez votre reponse Car certains d’entre eux sur internet donnent l’UPR à largement plus de 10%. Si vous parlez dès sondage detenus par les oligarques qui eux mêmes sponsorisent les candidats cites dans votre article on comprend mieux pourquoi l’UPR intègre et indépendante n’y est pas CQFD.

  7. Fifaille 15 avril 2017 23 h 56 min

    Dommage de ne parler que de ceux qui ne feront rien pour remettre le train sur de bon rail.
    François Asselineau propose une nationalisation de sncf et un e RÉOUVERTURE pour les réseaux « secondaires » mais indispensable pour une politique de décentralisation…dommage que même dans les médias écrits on ne se concentre que sur des sondages et non sur l équité entre les candidats….merci quand même de penser aux cheminots.

  8. Eric 17 avril 2017 16 h 50 min

    François Asselineau le seul et unique

  9. junjie 18 avril 2017 10 h 12 min

    Je pense qu’il s’agit plus de manque de temps et de moyens, et de place dans les numéros (52 pages), rencontrer et éplucher 11 candidats pour un petit magazine comme La Vie du Rail n’est pas chose facile.

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

EN SAVOIR PLUS