Soyez au courant des nouveautés, des promotions exclusives et des ventes privées de la Boutique de la Vie du Rail et vous inscrivant à notre newsletter hebdomadaire !

© J.P Garufi

Renaud Muselier (à g.), président de Paca et Philippe Tabarot, vice-président transport le 19 février, lors d'un point presse sur l'ouverture à la concurrence des TER.

Paca choisit les premières lignes TER promises à la concurrence

12 mars 2019
- -
Par : Nathalie Arensonas

Des TER sans le logo SNCF devraient circuler sur Marseille – Nice en 2022, et sur l’étoile de Nice deux ans plus tard. D’autres lignes régionales devraient s’ouvrir à la concurrence. La région Grand Est serait, elle aussi, dans les starting-blocks.

Marseille – Toulon – Nice et l’étoile ferroviaire de Nice, lot qui regroupe plusieurs liaisons : voici les deux lignes sélectionnées par les élus de la région Sud Paca – nouvelle appellation de la collectivité – pour tester la concurrence grandeur nature sur le réseau TER, à partir de 2022. Soit près d’un tiers de l’offre ferroviaire régionale. Un an après l’appel à manifestations d’intérêt auquel avaient répondu 10 entreprises ferroviaires, et après presque 10 ans de relations tendues entre la région et la SNCF sur la qualité des services TER, c’est donc décidé. Renaud Muselier, président de Sud Paca, a annoncé le 19 février le lancement de la procédure en vue de futurs appels d’offres pour l’exploitation de la ligne Marseille – Toulon – Nice et des « Lignes Azur » : Cannes – Grasse, Les Arcs – Draguignan – Vintimille, Cannes – Nice – Monaco – Vintimille, Nice – Tende.

Les avis de pré-information ont été publiés le jour même, l’appel d’offres de la ligne Marseille – Toulon – Nice sera lancé en février 2020, la signature de la convention d’exploitation TER entre la région et le nouvel opérateur interviendra au printemps 2021, et les premiers TER libéralisés devraient circuler en décembre 2022.

Centres de maintenance, nerfs de la guerre

Mêmes échéances pour la mise en concurrence de la deuxième ligne sélectionnée, mais la mise en circulation des premiers TER libéralisés n’interviendra qu’en décembre 2024. « Le délai est différé de deux ans en raison des délais nécessaires à la construction par l’opérateur sélectionné d’un nouveau centre de maintenance à Nice », justifie Renaud Muselier. Les centres de maintenance sont l’un des nerfs de la guerre de l’ouverture à la concurrence ferroviaire : ils appartiennent aujourd’hui à SNCF Mobilités, les nouveaux entrants y auront-ils accès pour assurer l’entretien de leur matériel roulant ? Les régions vont-elles imposer aux nouveaux entrants de construire leurs propres centres d’entretien, comme visiblement en Paca ?

D’autres lignes à venir

Dans un tweet à l’issue du point presse, Renaud Muselier a annoncé la suite des réjouissances : « Suivront les lignes d’Avignon et d’Aix-en-Provence, mais aussi les Alpes avec Veynes et Gap ». La région qui veut être la première à ouvrir son marché TER à la concurrence, a signé début 2019 une convention d’exploitation de 10 ans avec SNCF Mobilités. Grand Est est également dans la course des pionnières de la concurrence ferroviaire à en croire Jean Rottner, président de la région.



Sur le même sujet

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

EN SAVOIR PLUS