Soyez au courant des nouveautés, des promotions exclusives et des ventes privées de la Boutique de la Vie du Rail et vous inscrivant à notre newsletter hebdomadaire !

  • (c) Patrick Laval

    Après le défilé du 9 juin, la 130T Heidi est mise en tête du dernier train spécial de la journée entre Pontresina et Samedan

  • (c) Patrick Laval

    Trois matériels anciens de la ligne de la Bernina, en courant continu : locomotive Ge 4/4 182 (1927), motrices ABe 4/4 I 30 (1911) et ABe 4/4 II 46 (1965).

  • (c) Patrick Laval

    Le «crocodile» Ge 6/6 I 414 (1929) et son train circuleront tous les jours jusqu’au 28 octobre.

  • (c) Patrick Laval

    Course de cyclodraisines à Samedan.

  • (c) Patrick Laval

    Le chasse-neige rotatif à vapeur 9213 (1910), toujours en état de marche !

Suisse. Le Chemin de fer rhétique fête ses 10 ans au Patrimoine mondial de l’Unesco

1 août 2018
- -
Par : Patrick Laval

Le week-end des 9 et 10 juin, le Chemin de fer rhétique (RhB) avait convié tous les ferroviphiles pour fêter ses 10 ans d’inscription au Patrimoine mondial de l’Unesco. Trains spéciaux anciens, journées portes ouvertes et attractions ferroviaires ou touristiques étaient au programme du Festival ferroviaire organisé à l’occasion.

Seuls trois pays possèdent des chemins de fer inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco : l’Autriche (Semmeringbahn) depuis 1998, l’Inde (Darjeeling Himalayan Railway, chemin de fer des montagnes Nilgiri et chemin de fer de Kalka à Shimla) depuis 1999 et la Suisse, depuis le 7 juillet 2008. C’est à cette date que le Chemin de fer rhétique dans les paysages de l’Albula et de la Bernina (selon le libellé officiel de l’Unesco) est devenu le deuxième en Europe à figurer au Patrimoine mondial. Dix ans se sont maintenant écoulés depuis cette inscription, occasion que le Chemin de fer rhétique (RhB) a saisie pour organiser un Festival ferroviaire de grande ampleur à Samedan, sur la ligne de l’Albula, et Pontresina, sur la ligne de la Bernina, ainsi que des trains spéciaux en matériel ancien entre ces deux gares. La date des festivités avait été fixée au week-end des 9 et 10 juin, période plutôt calme de l’année en Haute-Engadine : la neige a disparu et les chaleurs de l’été ne sont pas encore là, alors que le printemps fait verdir les prés et éclore les fleurs dans cette vallée alpine, au coeur du canton des Grisons. La circulation des trains anciens sur les 6 km de voie unique entre Samedan et Pontresina a obligé le RhB à y supprimer la plupart des circulations régulières pendant deux jours. Entre les deux gares, les voyageurs disposaient alors de trois solutions de rechange : faire un petit détour par Saint-Moritz, terminus des lignes de la Bernina et de l’Albula, prendre un car postal de substitution entre Samedan et Pontresina ou enfin, s’il y avait assez de place à bord, voyager en train spécial, avec transport des bagages en fourgon !

À bord de ces trains remorqués par des machines à vapeur ou électriques, conducteurs et contrôleurs étaient en grande tenue « d’époque ». La plupart des places assises étaient proposées dans des voitures de 3e classe à banquette de bois – quelques-unes « dans leur jus », d’autres fraîchement rénovées – mais il était également possible de prendre place dans les confortables compartiments d’une voiture à essieux de 1re classe. À proximité des gares, des journées portes ouvertes avaient été organisées à l’atelier de Samedan et au garage de Pontresina, où les visiteurs pouvaient découvrir les différentes facettes du RhB. Sur le site de Samedan, qui a accueilli les discours inauguraux du Festival, puis les spectacles de danse et de musique le samedi matin, des « jeux ferroviaires » par équipes étaient organisés sur les deux jours avec courses de cyclodraisines et manoeuvres de retournement à trois personnes d’une locomotive Ge 4/4 II (50 t) sur la plaque tournante ! Dans l’atelier, l’accent avait été mis sur la sauvegarde et la restauration du matériel ancien, effectuées en symbiose avec six associations et le musée ferroviaire de Bergün/Bravuogn. Ces associations tenaient également des stands à l’atelier de Samedan, d’où le risque était grand de repartir avec des sacs remplis de livres, de cartes postales ou d’autres souvenirs ferroviaires !

Pour ceux qui préfèrent les nourritures terrestres, des stands de saucisses grillées et de boissons étaient présents sur les sites de Samedan et de Pontresina. Sur les voies de ce dernier, le matériel ancien de la ligne de la Bernina (automotrices, locomotive et chasse-neige rotatif à vapeur) était garé sous les caténaires en courant continu (1 000 V), alors que les trains à vapeur ou en courant monophasé faisaient la navette sur la ligne vers Samedan, alimentée en 11 kV 16 2/3 Hz. À proximité de la halle marchandises (bien vivante, entre autres grâce aux transports de boissons en bouteilles), une exposition des sites au Patrimoine mondial côtoyait des stands de spécialités régionales.

« Allegra ! Tuot bun ? » (« Salut ! Tout va bien ? ») Il n’est pas rare d’entendre parler romanche en pleine Engadine et c’est dans cette langue que la mention Voluntari était inscrite sur le dos des t-shirts noirs portés par les personnes chargées d’accueillir le public dans les établissements RhB de Samedan et de Pontresina. Outre le romanche, le suisse allemand est officiel en Engadine, où l’italien, langue officielle au sud du col de la Bernina, est également répandu. Enfin, il n’était pas rare d’entendre parler français parmi les visiteurs, essentiellement suisses, du Festival ferroviaire.

Enfin, Pontresina était l’endroit où il fallait absolument se trouver le 9 juin à partir de 17h30 pour assister à la parade « record » de trains anciens du RhB. À cet effet, l’organisation était presque parfaite : des plans d’accès avaient été remis aux visiteurs, avec horaires des navettes et programme préliminaire, alors que le pré situé entre les deux voies du défi lé avait été fauché et muni de pliants (grand confort) aux couleurs du RhB. Toutefois, les nombreux photographes préféraient rester debout, afin de mieux se mouvoir, d’autant plus que si les trains à vapeur et électriques de la première partie de la parade ont circulé en dessous du pré, sur la ligne en monophasé vers Samedan, c’est sur la voie au-dessus du pré, vers Saint-Moritz, qu’ont défilé les matériels de la ligne de la Bernina, alimentés en courant continu.

Les spectateurs ont ainsi été conviés à un voyage à travers plus d’un siècle de trains : des voitures vertes à essieux et plateformes ouvertes, au crochet de locomotives à vapeur, aux rames rouges actuelles, en passant par les emblématiques motrices jaunes de la Bernina et les célèbres « crocodiles » brun clair du RhB. Tout aussi volontaire que les autres cheminots, le directeur du RhB a accompagné le Festival ferroviaire tout au long du samedi 9, au micro lors de son inauguration comme pour les commentaires du défilé des trains, avant d’entamer en soirée une discussion spontanée avec de jeunes passionnés dans le dernier train de la journée entre Pontresina et Samedan, remorqué par la petite 130T Heidi. Assez imprévisible en montagne, la météo a été clémente durant les deux journées du festival. Si de gros nuages ont par moments caché le soleil, alors que quelques gouttes ont parfois traversé l’air, tous ont pu se réjouir d’avoir échappé aux averses ou aux coups de soleil.

Et après le Festival ferroviaire, l’anniversaire continue ! Tous les jours jusqu’au 28 octobre prochain, deux allers et retours en train des années 1920-1930 sont proposés entre les gares de Davos Platz et de Filisur. Normalement remorqué par un « crocodile » Ge 6/6 de 1929, ce train se compose de voitures à plateformes ouvertes (à essieux de 1903 et à bogies de 1932). Les départs de Davos Platz sont donnés à 10h18 et 16h18 et ceux de Filisur à 11h06 et 17h06. Outre cet aller et retour biquotidien en traction électrique, le programme 2018 des trains spéciaux ou anciens du RhB comprend entre autres trois circulations du Glacier Pullman Express (22-23 juin, 20-21 juillet et 31 août-1er septembre) et deux allers et retours à vapeur, le 15 septembre (Samedan – Scuol-Tarasp) et le 14 octobre (Landquart – Disentis). Enfin, le musée ferroviaire de Bergün, dont le « crocodile » est désormais à l’abri, vaut toujours un voyage sur la ligne de l’Albula !


Deux lignes d’exception

« Le chemin de fer rhétique dans le paysage de l’Albula et de la Bernina rassemble deux lignes ferroviaires historiques qui traversent les Alpes suisses par deux cols. Ouverte en 1904, la ligne de l’Albula, dans le nord de la partie nord-ouest du site, fait 67 km de long. Elle comporte un ensemble impressionnant d’ouvrages avec 42 tunnels et galeries couvertes et 144 viaducs et ponts. Les 61 km de la ligne de la Bernina totalisent 13 tunnels et galeries ainsi que 52 viaducs et ponts. Le bien montre une utilisation exemplaire du chemin de fer pour désenclaver les Alpes centrales au début du XXe siècle ; ces deux lignes ferroviaires ont eu un impact socio-économique durable sur la vie en montagne. Les deux lignes présentent un ensemble technique, architectural et environnemental exceptionnel. Elles incarnent des réalisations architecturales et de génie civil en harmonie avec les paysages qu’elles traversent. » L’essentiel est dit dans cette description officielle de l’Unesco ; ajoutons que la ligne de la Bernina a été terminée en 1910.


Une entreprise ferroviaire et une fédération regroupant six associations et une fondation

La fédération historique RhB a été fondée en 2003 en vue de coordonner et représenter les intérêts des associations ou fondations se consacrant à la sauvegarde du patrimoine du Chemin de fer rhétique, avec le soutien actif de ce dernier :

Albula-Bahn-Club Bergün (modélisme) ;

Bahnmuseum Albula, Bergün (fondation du musée ferroviaire de Bergün/Bravuogn) ;

Club 1889 (restauration et maintenance du matériel roulant ancien) ;

Freunde der Schmalspurbahnen (modélisme et excursions) ;

Interessengemeinschaft Zügen- Landwasser (ligne Davos – Filisur) ;

Verein Damp reunde der Rhätischen Bahn (soutien financier des associations liées au matériel ancien) ;

Verein pro Salonwagen RhB (sauvegarde de la voiture Pullman).



Sur le même sujet

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

EN SAVOIR PLUS