fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

X
  • (c) Guillaume Pourageaux

  • (c) Guillaume Pourageaux

  • (c) Guillaume Pourageaux

  • (c) Guillaume Pourageaux

  • (c) Guillaume Pourageaux

  • (c) Guillaume Pourageaux

    A l'arrêt au sémaphore.

Retour sur les 150 ans du viaduc de Chamborigaud

19 juillet 2017
- -
Par : Guillaume Pourageaux

Compte-rendu de la manifestation pour les 150 ans du viaduc de Chamborigaud aux portes de la Lozère, au pied du mont Lozère par Guillaume Pourageaux.

Cette ligne est encore parcourue par le célèbre train le Cévenol. Paris – Marseille par Clermont Ferrand.

Jadis, il y avait des voyageurs peu pressés et peu fortunés qui allaient de Paris à Marseille par cet itinéraire… ils mettaient alors la journée !

Les paysages après Clermont sont magnifiques, sauvages, secrets…, les gorges de l’Allier ! Comme souvent une mission de transfert de machine à vapeur reste délicate… tant à la fois technique, et humaine.

Cette fois-ci nous étions le premier train à passer sur la ligne après deux mois de travaux … La végétation avait repris sa place ! A l’aller soit la montée (rampes de 25 pour milles), la locomotive thermique BB 67400, malgré la faible vitesse du convois et les deux moteurs diesel construits à St Nazaire crachaient toute leur puissance ! La puissance des échappements du moteur faisait décoller les poussières dans les tunnels… Nous avions une véritable teinture poivre et sel ! Je vous passe le détail de l’odeur du monoxyde de carbone qui prend à la gorge !

Nous avons mis en pression la machine à vapeur pour qu’elle puisse faire du bruit et de la fumée pendant le spectacle.

Le retour était impressionnant, on franchissait les tunnels à 40 km/h, drôle de sensation de foncer dans le noir avec un vacarme impressionnant …. Et si on déraillait… dans ces petits tunnels ! Nos corps auraient été projetés à l’extérieur de l’habitacle de la machine à vapeur… impossible de pouvoir recoller les morceaux ! C’était le quotidien de certains cheminots tractionnaires sur cette ligne…

Bref, sensation forte à côté d’un parc attraction !

Opération terminée, la machine est rangée à Nîmes …

Des journées fades vont s’enchaîner. On attend une prochaine mission … On recommencera, je pense !

Nous avons eu la chance de rencontrer des cheminots formidables l’EIC, et l’inframaintenance ; dommage qu’on ne puisse pas faire un triage dans leur montagne pour garer du matériel radié… Petit détail : notre base arrière était Chamborigaud, la gare est ouverte à la sécurité seulement 5 jours/an !  

 



Sur le même sujet

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

EN SAVOIR PLUS