fbpx

Soyez au courant des nouveautés et des promotions exclusives

de la Boutique de la Vie du rail

en vous inscrivant à notre newsletter hebdomadaire !

© Patrick Laval

Les trains régionaux du Småland, dits Krösatågen, ont changé cinq fois d'exploitant depuis l'ouverture à la concurrence il y a 30 ans (Nässjö, octobre 2019).

Suisse, Suède, Allemagne. Trois modèles vertueux d’ouverture à la concurrence

12 novembre 2019
- -
Par : Y. G.

Le rapport de la Cour des comptes publié le 23 octobre apporte un éclairage intéressant sur les modèles et les impacts de l’ouverture à la concurrence des transports ferroviaires régionaux chez nos voisins européens. Avec un focus sur la Suisse, la Suède et l’Allemagne.

En Suisse, un modèle très virtuel

On peut ouvrir son réseau ferroviaire à la concurrence et ne jamais voir pointer l’ombre d’un train de la concurrence. C’est le cas en Suisse où les chemins de fer fédéraux, les CFF, ne sont plus en situation de monopole depuis 1996 pour les trains régionaux, et où aucune nouvelle entreprise ferroviaire n’a encore fait son entrée (1). Les autorités organisatrices des transports régionaux sont ravies, l’objectif de la libéralisation était de challenger les CFF, l’opérateur historique, en utilisant la concurrence comme un aiguillon pour débourser moins d’argent public. Il s’agit en fait d’une ouverture « virtuelle », qualifie le rapport de la Cour des comptes, pour faire progresser l’ancien monopole et le rendre plus performant.

Opérateur sous pression

Depuis la libéralisation des services ferroviaires régionaux, les pouvoirs publics signent des contrats « coût net » avec les compagnies. Les CFF en l’occurrence puisque aucune autre entreprise ferroviaire n’a tenté sa chance sur le marché suisse. Ces contrats permettent aux collectivités locales de ne payer que pour les services convenus à l’avance pour un montant prédéfini. En cas de déficit, la collectivité locale ne le couvre pas, au transporteur ferroviaire d’assumer les risques de l’activité.



Sur le même sujet

Une Commentaire

  1. Güntürk Üstün 13 novembre 2019 0 h 04 min

    En ce qui concerne les services TER (par bonheur pas les TGV), espérons que “SNCF Mobilités” ne se trouve jamais face à une concurrence aussi féroce que celle présente actuellement en Suède, puisque l’exploitant français est toujours considéré comme “pas prêt” à l’ouverture à la concurrence ferroviaire dans le pays! “SJ” (chemins de fer suédois), bien préparé et très expérimenté, se sent à l’aise et confiant malgré une rivalité dure sur ses rails depuis pas mal de temps. À l’heure actuelle, il n’y a pas un tel danger imminent ni pour la géante et réformiste compagnie allemande endettée [DB], ni pour l’aimable entreprise suisse chanceuse [CFF]!

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégié des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • La News Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

  • La News Rail Passion

    Recevez chaque mercredi toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La lettre du cheminot

    Recevez chaque jeudi les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La News Historail

    Recevez chaque lundi les derniers dossiers en ligne et le magazine dès sa parution

EN SAVOIR PLUS