(c) Alstom Transport

La RATP, pour sa part, tient à l’appellation RER qui distingue clairement ces rames des trains Transilien.

Î-d-F. Le 1er juillet, le RER disparaît…

10 juin 2017
- -
Par : François Dumont

Selon des études du Stif, la distinction de dénomination entre Train et RER n’est plus pertinente. Le terme RER devrait disparaître au profit de Train. C’est l’application de la charte des modes élaborée par le Stif. À terme, il n’y aurait plus que quatre appellations correspondant aux quatre modes. Le 1er juillet, le T11 Express doit inaugurer la nouvelle signalétique.

Le T11 Express (ou Tram 11) va innover, et son exploitation, confiée par la SNCF à une société de droit privé dont elle est actionnaire, n’est pas du goût de tous. Le 1er juillet, ce Tram Épinay – Le Bourget (Seine-Saint-Denis) va présenter au moins une autre innovation. Elle concerne la signalétique, avec l’application des dispositions d’une Charte des modes, élaborée par le Stif et indexée aux contrats avec les opérateurs. Le Tram 11 ne devrait pas être en correspondance avec les RER B ou C, mais avec le Train B ou le Train C. Le Stif considère en effet, après avoir fait les études qui s’imposent, que les dénominations actuelles ne sont pas compréhensibles par tout le monde. La distinction entre RER et train n’est pas claire et ne s’impose pas. D’où l’option de ne retenir que quatre termes correspondant aux quatre modes de transport public utilisés : train, métro, tram, bus, et de renoncer aux sept dénominations actuelles : RER, train de banlieue, métro, tram express, tramway, TZen, bus. Quatre termes qui, de plus, seront inscrits au long, au grand dam de la RATP qui tient au logo M de métro inscrit dans un cercle. Le pictogramme aussi a été écarté. Ni logo, ni picto, mais lettrage. Ces mots courts, connus de tous, sont jugés aisément compréhensibles par la plupart des touristes ou voyageurs occasionnels. On ajoutera que l’arrivée d’un cinquième mode, le câble, ne nécessitera pas de rallonger le moment venu les panneaux.

Exit donc, l’appellation RER. Symboliquement c’est très fort. A priori, cela ne pose pas de problème à la SNCF. D’ailleurs, les appellations des trains Transilien, malgré des trous déconcertants dans l’alphabet, inscrivent déjà les lignes H, J, K, L, N, P, R, U, dans la continuité des RER A, B, C, D et E, que la SNCF exploite, soit seule, soit pour les deux premières avec la RATP.

Il n’y a sans doute pas que la simplicité qui pousse le Stif à oublier le RER. Ces trois lettres ne sont plus le label fort qu’elles ont été. Cependant, la RATP est réticente à voir disparaître une appellation historiquement très forte, et qui distingue clairement les deux RER où elle est présente, A et B, des métros qu’elle exploite comme des trains de SNCF. Appellation qui fut longtemps signe d’une performance avec laquelle la RATP, à coups de rames à deux niveaux, de pilotage automatique ou de nouveau Sacem, aimerait renouer. Toujours est-il que le RER, qui aura 40 ans le 8 décembre, jour anniversaire de la jonction Auber – Nation, pourrait alors qu’on souffle les bougies voir son nom s’envoler. Parallèlement, des voyageurs attentifs remarquent, sur les quais de gares SNCF d’Ile-de- France, à mesure que les rénovations se font, la feuille verte du Transilien et le bleu pâle disparaître au profit du bleu sombre et du « Carmillon » SNCF. Pas de raison invoquée à cet automne précoce, attaquant les feuilles tendres au printemps. Pas impossible que cela ait à voir avec le statut des gares. On sait que la direction Gares & Connexions n’est pas assurée de rester au sein de Mobilités et pourrait (c’est une des hypothèses) se trouver logée dans SNCF Réseau : un gestionnaire d’infrastructure censé être plus neutre qu’un exploitant historique, le jour où la concurrence aura gagné tout ou partie des transports publics d’Ile-de-France. La couleur du groupe SNCF aurait en ce cas toujours du sens. Pas celle du transporteur Transilien.

Sur les matériels, autre schéma encore. C’est au profit de l’autorité organisatrice que les marques des exploitants s’atténuent progressivement. Une AO qui, selon notre confrère Mobilettre, veut désormais s’affirmer comme Île-de-France Mobilités. Les Regio 2N d’Île-de- France qui entrent en scène sont encore largement aux couleurs de l’opérateur. Mais, sur les MP14 de la RATP ou les RER 2N NG de la SNCF, le gris Stif devrait s’imposer quasiment sans partage. Un Stif qui aura réussi l’exploit de faire de l’uniforme gris la couleur de la modernité.



Sur le même sujet

5 Commentaires

  1. DEBANO 13 juin 2017 18 h 38 min

    Avant de décider définitivement, le STIF serait bien inspiré de porter à la connaissance de tous les études mentionnées. On ne peut donc que formuler une réaction à chaud, sans avoir toutes les données en main.

    Autant c’était totalement ridicule de baptiser T Zen des lignes de bus, avec en plus la confusion possible avec les lignes de tram, autant la nouvelle mesure comporte des parties tout aussi ridicules :

    – Remplacer le M, connu dans le monde entier, par le nom complet de métropolitain, ne va pas simplifier la lisibilité pour tous, étrangers compris, la place affectée à la signalétique étant quand même limitée.
    – Baptiser « train » ces trains spécifiques que sont les RER et les Transiliens (voilà bien une dénomination incompréhensible pour qui n’est pas parisien et dont le seul but était, pour la SNCF, de marquer son territoire et de dépenser beaucoup d’argent en signalétique inutile) ne va sans doute pas faciliter l’orientation de tous les voyageurs, franciliens, provinciaux et étrangers.

    Le bon sens voudrait que l’on baptise RER, appellation utilisée aussi hors de France, et qui caractérise bien des trains urbains et de banlieue des grandes métropoles dans le monde, les RER et les Transiliens, et que l’on maintienne le « M » pour le métro, sigle également mondialement connu. Espérons que la RATP, qui a quand même mis au point une signalétique parmi les meilleures du monde, saura réagir pour que le bon sens l’emporte.

    Pour le tram, conserver la lettre T est compréhensible de tous. Quant au Bus, il conviendrait surtout d’éviter que 2 lignes de bus portent le même numéro dans la région parisienne.

    Répondre
  2. Güntürk Üstün 20 juin 2017 4 h 17 min

    Les trains dont leurs noms ont été changés (pas de TGV, pas de RER, …) ou les trains supprimés de la circulation (pas de trains de nuit classiques, …). Selon les opérateurs ferroviaires; les cheminots, les ferroviphiles et les voyageurs doivent s’y habituer. Soyons tellement emphatiques juste pour une durée relativement longue d’un klaxon de train! Mais qui peut nier ceci, cette vérité frappante?: les trains, dont leurs noms sont modifiés définitevement et/ou les trains retirés de la circulation en permanence, n’apportent que beaucoup plus de nostalgie à nos souvenirs. Nos souvenirs, eux, peuvent tolérer cette charge généralement bien, grâce aux crises d’oubli qui se produisent à intervalles variables, mais pas le chemin de fer lui-même. Et sa raison d’être fondamentale ne devrait pas être impliquée dans le déclenchement de la nostalgie en tant que sous-produit du transport!

    Répondre
  3. Güntürk Üstün 20 juin 2017 22 h 39 min

    Vous l’aimez ou ne l’aimez pas; mais il faut admettre que le nom « RER » est à la fois un mythe et un symbole du système de transport ferroviaire en “Île-de-France” depuis des années. Les navetteurs de la région parisienne n’auraient jamais à attraper un autre train « RER » à nouveau dans leur vie, avec presque tous les dirigeants de transport pour se débarrasser du nom, qui est également devenu synonyme de retards, de pannes et de grèves tout au long des temps d’antan. Le STIF, la RATP, la SNCF; tous semblent determinés de supprimer le nom “RER” du service de train de banlieue de la capitale française. Les services “RER” actuels relient Paris à sa banlieue par 5 différentes lignes: RER A, RER B, RER C, RER D et RER E. Mais dans un futur proche, le nom “RER”, qui signifie “Réseau Express Regional”, ne sera plus présent dans les stations, sur les signalétiques ou sur les cartes. À partir du 1er juillet prochain, les chefs de transport prévoient de le remplacer par un simple mot: « TRAIN ».
    L’objectif est de le rendre moins confus pour les voyageurs, en particulier ceux qui ne sont pas de Paris, qui pourraient ne pas savoir ce qu’est le “RER”. Désormais, on mettra le mot “train” sur toutes les signalisations et les cartes qui vont préciser ce qu’est le “RER”. En plus du “RER” existant, la région Île-de-France possède déjà des services de train de banlieue nommés par lettre: H, J, K, L, N, P, R et U. Ainsi, les autorités peuvent conserver les lettres des trains RER actuels, A, B, C, D et E. Juste un petit exemple pour les intéressés: ceux qui cherchent à passer au RER B à un terminus parisien à l’avenir chercheront simplement le panneau “Train B”. Le changement de nom sera aussi accompagné d’une modification des codes de couleurs des lignes. Que dire de plus? Que ce changement drastique soit de bon augure pour les banlieusards d’Î-d-F et pour les touristes nationaux et étrangers!

    Répondre
  4. Güntürk Üstün 22 juin 2017 20 h 53 min

    L’été 2017 sera sans doute la saison de changement du nom dans le milieu ferroviaire français. « InOuï » pour TGV (âgé de 36 ans), et “Train” (oui, tout simplement le mot “Train”) pour RER [âgé de 40 ans (selon la date de création officielle du RER A)]. D’après des études réalisées par le STIF, les usagers ne feraient pas vraiment la distinction entre RER (“Réseau Express Régional” d’Île-de-France) et train de banlieue. Au-delà, l’appellation permettrait de remettre de la transparence dans les 7 catégories existant actuellement au sein des transports d’Ile-de-France: RER, train de banlieue, métro, tram express, tramway, TZen, bus. Il n’y aurait alors plus que les 4 moyens de transports circulant : “bus”, “metro”, “tram”, “train”. Les 4 termes devraient donc, de pas en pas, être inscrits en entier sur les rames de transports en commun. Une nouveauté qui, si elle ne dérange pas du tout la SNCF utilisant déjà ces dénominations pour les lignes H, J, K, L, N, P, R, U de son réseau Transilien, ne plait pas de la même manière à la RATP, pas mal attachée à son acronyme “M” entouré d’un cercle pour le métro et à l’appellation “RER”. Malgré tout, la nouvelle règle pourrait commencer à être mise en place dès le 1er juillet, lors du lancement du Tram 11 express entre Le Bourget et Épinay-sur-Seine, qui ne devrait alors pas être en correspondance avec les RER B ou C, mais avec le train B ou C. Chaque changement pourrait être difficile et douloureux à la fois. Mais la vie, agissant la plupart du temps comme un vaste philosophe injuste et cynique envers nous tous, garde cette éventualité constante dans sa mémoire universelle: “Dans n’importe quelle métamorphose intellectuelle, il est toujours possible de changer d’aiguillage; que ce soit en avant ou en arrière”!

    Répondre

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

EN SAVOIR PLUS