Soyez au courant des nouveautés, des promotions exclusives et des ventes privées de la Boutique de la Vie du Rail et vous inscrivant à notre newsletter hebdomadaire !

(c) DR

De gauche à droite : Laurent Brun, Roger Dillenseger, Erick Meyer et Didier Aubert.

Syndicats. Pas d’union pour la rentrée

15 septembre 2018
- -
Par : M.-H. P.

Les discussions devaient reprendre le 18 septembre avec l’UTP pour élaborer une nouvelle convention collective du rail. Les quatre syndicats représentatifs à la SNCF font le bilan de la lutte engagée en commun contre la réforme ferroviaire et préparent désormais, chacun de son côté, la suite. Avec en perspective les élections professionnelles de novembre.

La Vie du Rail. Vous avez participé le 30 août à une intersyndicale au cours de laquelle la CGT a proposé une action commune le 18 septembre. Quel est votre état d’esprit en cette rentrée ?

Laurent Brun, secrétaire général de la CGT Cheminots.

Quand nous avons proposé de lancer une grève le 18 septembre, nous ne savions pas encore qu’il y aurait un appel confédéral le 9 octobre. Nous adaptons notre stratégie et avons décidé de relancer le mouvement le 18 septembre en organisant des rassemblements en région qui prendront différentes formes localement. Nous concentrerons nos forces le 9 octobre car tout ce qui a été annoncé par le gouvernement, comme la désindexation des minimums sociaux et des pensions nous touche directement. On voit bien aussi que la volonté gouvernementale de changer l’actionnariat de la Française des Jeux et d’ADP montre que le principe d’incessibilité des titres reste valable jusqu’à ce que la loi le change.

Le fait qu’il n’y ait pas eu d’unité syndicale n’est pas très logique car durant le conflit, les syndicats réformistes n’ont eu aucune difficulté à exister, comme cela a été le cas des syndicats de lutte. Les médias ont porté l’idée que la CGT était jusqu’au-boutiste. Mais tout le monde a bien compris que nous allions poursuivre la bataille.

Quant aux cheminots, ils ont pris un coup sur la casquette. Ce qui nous revigore, c’est que les cheminots n’en veulent pas aux organisations syndicales en général, et encore moins à la CGT. Mais ils sont dégoûtés par l’attitude du gouvernement et de l’entreprise.

Roger Dillenseger, secrétaire général de l’UNSA Ferroviaire.

Nous avons l’habitude à la rentrée de nous rencontrer avec les autres organisations syndicales. Il y avait une particularité cette année, après le conflit qui a marqué l’adoption du pacte ferroviaire.

La volonté de la CGT est de repartir au conflit. Mais pour nous, ce n’est plus l’heure : nous allons entrer en négociation à partir du 18 septembre dans le cadre de la commission paritaire pour discuter des rémunérations et des classifications dans le secteur, ainsi que des critères à prendre en compte en cas de transferts de salariés. Nous disons toutefois avec force que si les discussions n’aboutissent pas comme nous le souhaitons, nous sommes toujours prêts à une mobilisation plus dure que celle que nous avons déjà lancée.

Erik Meyer, secrétaire fédéral de SUD Rail.

Nous avons décidé de ne pas suivre la CGT sur son mouvement du 18 septembre mais nous participerons à la grève du 9 octobre. Nous avons pris acte de l’échec de la première mi-temps de la lutte contre la réforme ferroviaire et donc de la stratégie de la grève perlée voulue par la CGT, l’UNSA et la CFDT.

Lors de l’intersyndicale, nous avons bien vu qu’il n’y avait aucune position unitaire. Nous rentrons en période électorale, tout le monde veut faire valoir sa différence. Nous faisons donc le constat qu’il n’est pas possible d’envisager des actions en commun.

Les 25 et 26 septembre, nous réunirons nos structures en région pour voir comment nous nous organisons pour la deuxième mi-temps qui s’annonce.

Didier Aubert, secrétaire général de la CFDT Cheminots.

L’unité syndicale a été construite pour combattre le projet gouvernemental. Nous n’avons pas réussi à contrecarrer la totalité de la loi mais nous sommes tout de même parvenus à faire passer des amendements. Maintenant que la loi est votée nous devons construire un nouveau pacte social pour les cheminots en nous engageant dans les négociations. Aujourd’hui, chacun est dans sa posture. Nous, nous souhaitons avancer et montrer aux cheminots que la négociation paie.

LVDR. Comment s’annoncent les négociations avec l’UTP ?

Laurent Brun. Les échanges de vues que nous avons eus en bilatéral avec l’UTP ne nous semblent pas très positifs. Le patronat ne se montre pas motivé par une convention collective nationale de haut niveau.

Roger Dillenseger. Avec les élections professionnelles prévues en novembre, tout le monde est convaincu que cela va être compliqué. Les discussions vont se tenir, on avancera mais pas de manière concrète tant que les élections n’auront pas eu lieu. On va certainement vers un gros bras de fer. La CGT voudra sans doute faire monter la pression, et même si SUD Rail conteste la réforme, je ne suis pas sûr que ça sera avec la CGT.

Erik Meyer. La loi va rentrer en application le 1er janvier 2020, donc ça nous laisse peu de temps pour voir comment faire en sorte que la loi ferroviaire ne s’applique pas. Nous verrons lors de notre réunion fi n septembre si on agit au niveau de l’entreprise, ou au niveau de la branche, ou bien au niveau d’un mouvement interprofessionnel plus large.

Didier Aubert. Nous n’avons que 15 mois devant nous pour conclure, puisque les cheminots ne seront plus embauchés au statut à partir du 1er janvier 2020. Nous n’avons pas le temps de bricoler. Aujourd’hui, nous sommes les seuls à avoir remis à l’UTP un projet pour mettre au point une nouvelle convention collective. Il n’est pas question de laisser faire n’importe quoi.

LVDR. Quelles seront vos principales revendications ?

Laurent Brun. Nous allons porter la bataille sur la reconnaissance des diplômes dans le chapitre sur la classification des métiers. La reconnaissance de l’ancienneté semble acquise. Nous demandons aussi la réouverture des discussions sur le contrat de travail et le temps de travail. Nous avons toujours en tête l’idée que le statut pourrait être maintenu. Nous réclamons une convention collective nationale de haut niveau, qui se rapproche le plus possible des droits actuels des cheminots. Et, si possible, le maintien du statut.

Dans les prochaines semaines, notre stratégie va consister à montrer que l’État a menti sur l’analyse justifiant la réforme ferroviaire.

Il a notamment sous-entendu qu’elle permettrait de rouvrir des petites lignes. Or les menaces sur les petites lignes se multiplient, dans le Limousin (Limoges – Angoulême, Brive – Aurillac, Limoges – Ussel, Tulle – Ussel), dans les Vosges entre Épinal et Saint-Dié, ou encore en Auvergne-Rhône-Alpes. Dans un rapport « Action Publique », le gouvernement propose d’arrêter les cofinancements des CPER. Et il propose de faire payer aux usagers certains services publics. Bien que le train pollue moins, on le fera payer plus cher. Nous serons vigilants sur toutes les déclarations à venir.

Ce qui est sûr c’est que les problèmes du chemin de fer vont continuer à s’aggraver. Nous voulons en informer les usagers.

Roger Dillenseger. Nous sommes bien conscients que le nouveau pacte ferroviaire, notamment par la fin du recrutement au statut de la SNCF, impose la reconstruction d’un cadre social pour tous les salariés de la branche, y compris les futurs salariés de l’entreprise historique. Ce qui signifie que l’ensemble des conditions d’emplois des cheminots est à réécrire pour retrouver un équilibre entre contraintes et compensations de l’activité particulière qu’est le ferroviaire.

En effet, les notions de service public, de sécurité, d’aptitudes physiques, de contraintes d’horaires liées à la continuité de service, de formation aux spécificités ferroviaires, etc., ne disparaissent pas avec cette nouvelle loi ni avec l’ouverture à la concurrence. Sans vouloir prioriser, nous considérons que le nouveau pacte social devra être constitué d’un ensemble permettant de répondre aux attentes des salariés et du ferroviaire dans sa globalité comme cela a été le cas durant des décennies avec le statut des cheminots. C’est dans cet esprit que s’inscrit l’UNSA Ferroviaire avec une volonté ferme de construire une convention collective performante et attractive.

Erik Meyer. Les négociations sur la convention collective sont ouvertes depuis deux ans. Nous participons aux discussions car c’est un moyen de lutter contre le dumping social : nous voulons obtenir la transcription dans la convention collective du statut de la SNCF et de la réglementation du travail. Aujourd’hui, la branche ferroviaire est constituée à 96 % de personnel SNCF. Il est donc logique que ce soient les éléments du statut et de la réglementation du travail qui s’appliquent dans la convention collective.

Didier Aubert. Nous savons que les employeurs souhaiteraient accélérer et développer la polyvalence, sans y ajouter la formation et les rémunérations qui vont avec. On est conscients qu’il n’est pas question de reproduire in extenso le dictionnaire des métiers et des classifications de la SNCF qui date de 1950 et qui comprend 450 à 500 classifications. Il y a des distinctions à faire en fonction de la taille des entreprises mais il y a aussi une unité à mettre en place. L’UTP proposait une quinzaine de classifications. Grâce à notre travail et nos propositions, nous avons réussi à en définir autour de 150 à 200.

De même l’avenir de la Caisse de prévoyance qui pourrait devenir une Caisse de branche nous intéresse car nous avons besoin d’unifier la branche. Notre ambition est que le socle social soit du niveau le plus élevé possible.



Sur le même sujet

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

EN SAVOIR PLUS