fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

X
© DR

Le Lorientais Patrice Le Ruyet , champion de France d’haltérophilie, vise le podium aux prochains Masters.

Haltérophilie. Patrice Le Ruyet, une main de fer et du sang-froid

5 juillet 2020
- -
Par : Anne Jeantet-Leclerc

Suite de notre série de portraits d’athlètes de haut niveau, hommes et femmes, qui composent la Team MGC créée par la Mutuelle générale des cheminots. Ce mois-ci, l’haltérophile Patrice Le Ruyet, champion de France et vice-champion du monde, s’est prêté au jeu de l’interview téléphonique depuis sa Bretagne natale.

C’est un Breton pur beurre, (« Breton et fier de l’être », dit-il d’emblée) et champion de France d’haltérophilie. L’an dernier, pendant le week-end de Pâques (autant dire dans le monde d’avant, lorsque le coronavirus n’existait pas), le cheminot Patrice Le Ruyet, 52 ans, est monté sur la plus haute marche du podium des championnats de France Masters à Luxeuil-les-Bains dans la Haute-Saône. Une sacrée récompense pour avoir traversé le pays d’ouest en est afin de participer à la compétition… Il a récemment rejoint la Team MGC fondée par la Mutuelle générale des cheminots, qui le soutiendra en tant que sponsor dans son activité d’athlète de haut niveau. « C’est formidable, j’en suis très heureux », commente celui qui est vice-président du Club athlétique de Lorient (CAL) depuis une dizaine d’années. Il faut dire que Patrice Le Ruyet, 73 kg, 1,75 m, pratique l’haltérophilie depuis l’adolescence. Il est en quelque sorte « tombé dans la marmite » à l’âge de 15 ans. « Je n’ai jamais lâché depuis », explique-t-il, « c’est un sport qui me plaît depuis toujours et qui me convient. Il y a la notion de rigueur, de dépassement de soi, de performances individuelles, y compris quand on fait un championnat par équipe, bien sûr. Là, c’est la somme des participants qui doit permettre de gagner. » Son record personnel ? « 141 kg à l’arraché, 167,500 kg à l’épaulé-jeté. » Le collectif, Patrice Le Ruyet le met en également en pratique dans le cadre professionnel : il travaille à la Suge. Avec son équipe de cinq personnes, il remplit sa mission de surveillance dans les gares et dans les TGV et TER de la SNCF et veille à la sécurisation du réseau, le tout dans un périmètre allant de Quimper à Redon. Un travail en horaires décalés qu’il parvient à concilier avec ses entraînements au CAL avec son coach Michel Le Bloa, président du club. « Je m’entraîne pendant deux heures à deux heures et demi à raison de trois à quatre fois par semaine. Le travail musculaire est essentiel, la technique aussi. En compétition, plus que la charge, c’est la technique qui compte. On vise le geste parfait…»

Parfois, entre le travail, la vie familiale, les séances et les compétitions, « c’est de la jonglerie au niveau de l’emploi du temps !», reconnaît en souriant le père de Téo et Mila, sportifs eux aussi (Téo, qui a terminé 3e aux championnats de France d’haltérophilie, et la ceinture bleue pour Mila en judo). Son travail, « qui exige une maîtrise de soi, un selfcontrol absolu », est prenant, mais il l’a choisi en connaissance de cause. « Il faut savoir prendre sur soi, mais ce métier me plaît toujours autant, même si on constate une recrudescence des incivilités de la part des voyageurs. » La fraude constitue l’autre grand problème au quotidien. « Globalement, ça se passe plutôt bien », commente-t-il sobrement. Au début de la pandémie de coronavirus, comme tous les cheminots, il a été fier que les salariés de la SNCF se portent volontaires pour assurer plusieurs TGV médicalisés à destination de l’ouest de la France afin de soulager les hôpitaux saturés du Grand Est. « Dans tous les services SNCF, les gens se sont immédiatement proposés, cela témoignait vraiment d’une volonté d’être solidaires dans ce terrible contexte d’épidémie. Ce n’était en rien un effort. Pour nous tous, il était fondamental de prêter mainforte de quelque manière que ce soit pour aider à sauver des vies…» Pendant le confinement, il a toujours été sur le pont en équipe « dans les gares, à bord des trains, sur l’infrastructure… »

Lorsque les trains commerciaux ont recommencé à circuler, « notre mission était d’autant plus importante qu’au début, il n’y avait qu’un nombre réduit de contrôleurs à bord des trains. » Pas toujours évident… Pandémie oblige, Patrice et ses hommes continuent entre autres de veiller au respect des règles sanitaires par les voyageurs. Ces derniers ont obligation de porter leur masque pendant toute la durée de leur voyage. « A partir du déconfinement, on a observé un peu de relâchement, mais en étant diplomate et en expliquant les choses, tout rentre dans l’ordre rapidement », résume-t-il. Lorsque le confinement s’est éternisé, il a continué de s’entraîner chez lui, car pas question de perdre ni du muscle ni de la technique. « L’haltérophilie est une discipline très exigeante qui mixe la force physique et mentale et la technique bien rodée. Et il faut bien sûr éviter les blessures », souligne le champion d’Europe et vice-champion du monde un titre qu’il a gagné en 2009 en Australie, (« une expérience inoubliable ! »). En théorie, les compétitions reprendront en octobre prochain. « D’octobre à février, ce sera les championnats par équipe, à Draguignan, Lorient, Orléans et Montois. Ensuite, fin novembre, il y aura les championnats d’Europe Masters aux Pays-Bas. » Et puis en mai 2021, les Jeux Mondiaux au Japon, où il sera en compagnie de David Baechler et Kevin Bouly, deux autres athlètes de la Team MGC (lire LVDR N° 3760 et 3776), « on vise le podium, la médaille d’or ! », confie-t-il. On s’en doutait un peu…

 

Plus d’actualités et dossiers sur le rail dans La Vie du Rail version papier ou en ligne !



Sur le même sujet

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

EN SAVOIR PLUS