fbpx

Soyez au courant des nouveautés et des promotions exclusives

de la Boutique de la Vie du rail

en vous inscrivant à notre newsletter hebdomadaire !

© Renfe

Eva, le train low cost espagnol

Espagne. Les acteurs ferroviaires anticipent la libre concurrence

3 février 2020
- -
Par : Michel Garicoix

Si la situation économique de l’Espagne s’est améliorée, les incertitudes politiques persistent en ce début d’année. Conséquence, les décisions sont retardées et le budget de l’Etat 2020 est toujours en suspens. Les investissements qui vont avec également, dont les commandes aux entreprises notamment celles du BTP.

Le calendrier ferroviaire est déjà balisé par le 14 mars et le 15 décembre 2020. À cette première date, le choix des opérateurs admis à rivaliser avec Renfe sur la grande vitesse (AVE) sera officiellement arrêté, même si on connaît déjà leurs noms depuis la fin de l’année dernière : outre Renfe Viajeros, il s’agit de Ilsa (Air Nostrum et Trenitalia), et de Rielsfera (SNCF essentiellement). Puis, en fin d’année, la concurrence devrait être effective sur les lignes vers Barcelone, le Levant (Valence) et l’Andalousie.

Dès juillet dernier, Renfe se préparait et passait commande au constructeur Talgo de rames transformées de la série 112 qui, le 6 avril prochain, inaugureront le train à grande vitesse low cost à la mode hispanique : période de fort trafic, la Semaine sainte verra donc le lancement de « Avlo », la version revisitée du projet “Eva” de 2018, entre Barcelone et Madrid.

Côté infrastructures, quelques nouvelles lignes ont, en 2019, pâti de retards (ainsi Valladolid- Burgos, 91 km), d’autres ont été mises en service dont celle vers Grenade (114 km) ou sont toujours en chantier, comme la déviation de Tarragone (64 km) qui, dans quelques semaines, fera gagner presque une demi-heure entre Valence et Barcelone. Sur la ligne Madrid- Galice, le tronçon Zamora- Pedralba (110 km) doit être opérationnel cette année.

Grues et bulldozers sont également à l’oeuvre à l’ouest, en Estrémadure sur les 164 km entre Badajoz et Plasencia (à écartement ibérique pour débuter), ou sur Montforte-Murcie (62 km) tandis que le double tunnel de Pajares vers les Asturies est encore loin d’être livré. Même sort pour le « Y basque » vers Bilbao, Irún et la France. Quelques tronçons du « Corridor Méditerranée » à trois rails (avec voie UIC) sont en travaux, comme sur Alicante- Valence et au-delà, ou sur Murcie- Alméria.

Deux gares AVE continuent à faire l’objet de transformations : La Sagrera à Barcelone est à moitié édifiée, tandis que le terminal Chamartin à Madrid (au débouché du tunnel AVE achevé sous la capitale) doit être remodelé pour accueillir davantage de voies à écartement européen.

Le fret ferroviaire à la peine

Si la scène s’annonce nourrie pour la grande vitesse voyageurs, le trafic marchandises sur le réseau ibérique est en plein marasme : malgré différents plans, le fer n’arrive pas à 5 % de parts de marché du fret dans la Péninsule. Et les pertes de cette branche s’accroissent.

Parmi ses points forts : le transport d’automobiles, d’acier et de charbon, alors que l’Espagne compte abandonner cette source d’énergie. Aujourd’hui, les opérateurs privés captent 40 % des tonnes-km effectuées. Le gouvernement après avoir cherché parmi eux un partenaire pour Renfe-Mercancias envisage une privatisation. Pour rappel, cela avait été le cas au Portugal avec la reprise du fret ferroviaire public des CP par l’opérateur Medway.

 

Plus d’actualités et dossiers sur le rail dans La Vie du Rail version papier ou en ligne !



Sur le même sujet

Une Commentaire

  1. Güntürk Üstün 3 février 2020 17 h 56 min

    Vers la fin du mois de novembre 2019, le gestionnaire espagnol des infrastructures à grande vitesse “Adif AV” a sélectionné trois offres de la part des opérateurs ferroviaires pour négocier des accords d’accès pour exploiter des services sur trois corridors à grande vitesse. Les lauréats sont Renfe Operadora, Ilsa (consortium Trenitalia et Air Nostrum) et Rielsfera (filiale de la SNCF). Les entreprises sélectionnées pourront exploiter des services à partir du 14 décembre 2020 sur les routes suivantes: 1) Madrid – Barcelone – frontière française, 2) Madrid – Valence/Alicante, 3) Madrid – Séville/Málaga. En conséquence, “Adif AV” prévoit une augmentation de 65% du nombre de services haut débit actuellement fournis par Renfe. Alors que les opérateurs respectifs ont, sans tarder, commencé à se préparer pour que leurs trains circulent correctement à partir de la prochaine mi-décembre, cependant, Ilsa dit qu’il introduira ses services en utilisant une flotte de “trains Frecciarossa 1000” (qui sont conçus pour fonctionner commercialement à 360 km/h) en janvier 2022. La signature définitive de l’accord est prévue pour le 15 mars 2020 et est soumise à l’approbation de la commission nationale espagnole des marchés et de la concurrence (CNMC). “Adif AV” déclare considérer le processus d’ouverture du marché ferroviaire à grande vitesse comme un gros succès et confirme l’énorme intérêt que suscite le réseau espagnol pour les entreprises ferroviaires.

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégié des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • La News Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

  • La News Rail Passion

    Recevez chaque mercredi toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La lettre du cheminot

    Recevez chaque jeudi les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La News Historail

    Recevez chaque lundi les derniers dossiers en ligne et le magazine dès sa parution

EN SAVOIR PLUS