Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

X
© Barbara Grossmann

SIFER 2021

Spécial Sifer. L’industrie ferroviaire à l’heure des consolidations

29 octobre 2021
- -
Par : P. L.

Du 26 au 28 octobre doit se tenir à Lille la douzième édition du salon ferroviaire Sifer. Plus de 240 exposants sont attendus, grands donneurs d’ordre ou sous-traitants, mais aussi opérateurs… Cette première édition post-Covid, qui ne devrait pas atteindre les 5 400 visiteurs de 2019, est également la première après la reprise de Bombardier Transport par Alstom et depuis la mise en oeuvre réussie de la démarche CARE parmi les industriels du secteur.

Ce que change la fusion Alstom-Bombardier pour les équipementiers

Produire du matériel roulant ferroviaire donne du travail aux sites des ensembliers que sont les constructeurs comme Alstom, repreneur en début d’année de Bombardier Transport, de CAF ou du futur repreneur de l’usine de Reichshoffen. Mais cette production donne encore plus de travail aux fournisseurs : par exemple, un projet comme les rames Omneo Premium produits pour la Normandie représente trois fois plus d’emplois chez les équipementiers que les 450 directement concernés sur le site de Crespin, repris par Alstom à Bombardier.

Il n’est pas rare que les équipementiers travaillent pour plusieurs constructeurs. Mais que représente pour ces premiers la disparition d’un de leurs principaux clients, fût-il repris par un autre ?

Certains spécialistes du secteur ferroviaire ne cachent pas leur inquiétude : « un constructeur de moins, c’est déjà moins de débouchés », même si le marché reste le même, car « après une fusion, un plus un ne fait jamais deux », prouve l’expérience. Du moins dans des marchés sur lesquels la concurrence est totalement ouverte. Pour ce qui est des marchés publics en France, la question de l’emploi local, tant chez le constructeur que chez ses fournisseurs, est souvent prise en compte en plus du prix ou de la conformité aux exigences du client… Pour autant, il est quasi-certain que la part globale du « nouvel Alstom » sera inférieure à l’addition des parts respectives de l’ancien Alstom et de Bombardier Transport, en particulier sur les marchés internationaux les plus ouverts à la concurrence.

RETROUVEZ L'INTEGRALITE DE L'ARTICLE DANS

La Vie du Rail hebdo n°3855

Vous êtes abonné à RAIL PASSRail Pass est la formule d’abonnement
100% numérique du Groupe La Vie du Rail.

- Accès à tous les numéros en cours et aux archives
des magazines du groupe La Vie du Rail
(Rail Passion, La Vie du Rail hebdo et mag et Historail)

- Accès à toutes les vidéos en cours
et aux archives de Rail Passion.

Soit près de 1 000 numéros et 150 vidéos !
En savoir plus
ou vous avez acheté ce numéro ?
Connectez-vous pour pouvoir lire ce numéro en ligne.



Sur le même sujet

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

EN SAVOIR PLUS