Soyez au courant des nouveautés, des promotions exclusives et des ventes privées de la Boutique de la Vie du Rail et vous inscrivant à notre newsletter hebdomadaire !

© Alstom Transport

Alstom a un carnet de commandes bien rempli et son bilan est bon.

Alstom-Siemens. Les leçons d’un refus

25 février 2019
- -
Par : F. D

Pour les gouvernements français et allemand, la Commission de Bruxelles a fait une grave erreur en refusant la fusion Alstom-Siemens. Et les deux États entendent profiter de cette épreuve test pour repenser le droit de la concurrence. Quant aux deux partenaires industriels, ils repartent chacun de son côté. En attendant le nouvel épisode du feuilleton consolidation.

Il n’y a pas eu de coup de théâtre. La Commission a dit non. Le communiqué est tombé le mercredi 6 février. Alstom, aussitôt, a pris acte : « le rapprochement n’aura pas lieu ». Et a regretté « un net revers pour l’industrie européenne ». Bruno Le Maire, le ministre français de l’Économie avait réagi avant même la décision en déclarant à propos de cette « erreur économique » sur France 2 : « La décision que s’apprête à prendre la Commission européenne va servir les intérêts économiques et industriels de la Chine ».

Guillaume Pepy, s’adressant à l’AFP, a regretté que « pour apprécier l’impact d’un rapprochement, on prenne en compte non pas les marchés de demain, mais les marchés tels qu’ils sont aujourd’hui, c’est-à-dire en gros les marchés d’hier ». Et le président du directoire de la SNCF « trouve paradoxal, que si Alstom se rapprochait d’un non-européen, il n’y aurait rien à dire. Si Alstom se rapproche d’un européen, c’est interdit ».

Geoffroy Roux de Bézieux, le président du Medef, qui juge lui aussi indispensable la formation de champions européens, a fait part de son « ras-le-bol de cette vision de la concurrence strictement consumériste », ajoutant : « Il y a un moment, s’il n’y a plus de producteurs, il n’y a plus de consommateurs ». Cela dit, l’application de ces règles a convenu à des producteurs, et Bombardier s’est déclaré « heureux » dans un communiqué du veto de la Commission.

Les règles de la concurrence sont désormais sérieusement contestées. En France, Outre- Rhin aussi. Peter Altmaier, homologue allemand de Bruno Le Maire, estime que la Commission, sur certains secteurs comme « l’aviation, le chemin de fer ou les banques », devrait avoir une approche mondiale du marché et non plus seulement européenne. Les dirigeants français et allemands qui ont des analyses semblables de ce revers pourraient faire dans les semaines qui viennent des propositions pour refonder les règles de la concurrence. Reste une question lancinante. Comment, connaissant parfaitement les institutions européennes et les missions de la Commission, Siemens et Alstom ont-ils pu aller dans le mur ? Sans doute ont-ils péché par excès de confiance. Sûrs aussi d’être



Sur le même sujet

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

EN SAVOIR PLUS