fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

X
  • © DR

    Il était une fois l’Amérique de Sergio Leone.

  • A la recherche du temps perdu de Marcel Proust. Alcools de Guillaume Apollinaire.

  • © DR

    Barbara.

Série 2/3. Les gares dans la culture populaire

28 août 2020
- -
Par : S. D.

Nous poursuivons cette semaine notre série estivale sur la place prise dans la culture populaire par trois « figures » ferroviaires : les cheminots, les gares et les resquilleurs. Aujourd’hui, nous nous penchons sur la présence des gares dans la littérature, le cinéma ou encore la musique. Un lieu à part, où se joue depuis toujours, une comédie humaine qui a inspiré nombre d’artistes.

“Malheureusement ces lieux merveilleux que sont les gares, d’où l’on part pour une destination éloignée, sont aussi des lieux tragiques, car si le miracle s’y accomplit grâce auquel les pays qui n’avaient encore d’existence que dans notre pensée vont être ceux au milieu desquels nous vivrons, pour cette raison même il faut renoncer au sortir de la salle d’attente à retrouver tout à l’heure la chambre familière où l’on était il y a un instant encore. Il faut laisser toute espérance de rentrer coucher chez soi, une fois qu’on s’est décidé à pénétrer dans l’antre empesté par où l’on accède au mystère, dans un de ces grands ateliers vitrés, comme celui de Saint-Lazare où j’allais chercher le train de Balbec, et qui déployait au-dessus de la ville éventrée un de ces immenses ciels crus et gros de menaces amoncelées de drame, pareils à certains ciels, d’une modernité presque parisienne, de Mantegna ou de Véronèse, et sous lequel ne pouvait s’accomplir que quelque acte terrible et solennel comme un départ en chemin de fer ou l’érection de la Croix.”  Cet extrait d’A la recherche du temps perdu de Marcel Proust exprime avec force toute l’ambiguïté de la gare, un lieu source d’espoirs, mais aussi d’inquiétudes. Une ambivalence qui traverse les nombreuses oeuvres des artistes qui s’y attardent. Les gares ont vu le jour avec le chemin de fer. Elles se sont développées en parallèle à celui-ci, devenant iconiques des lieux qu’elles desservaient. Naturellement, le rail est devenu très tôt une source d’inspiration.



Sur le même sujet

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

EN SAVOIR PLUS