fbpx

Nouveau !

Historail, le magazine pour les passionnés de l'histoire ferroviaire édité par La Vie du Rail, lance sa newsletter !
Recevez chaque lundi, le meilleur de l'histoire ferroviaire.

© P. Laval

Île-de-France. Grosse frayeur sur la ligne 1 de la RATP mais le système de sécurité automatique a assuré

9 octobre 2019
- -
Par : Nathalie Arensonas

Mardi 17 septembre, 21h35, ligne 1 de la RATP, 100 % automatisée : un énorme bruit suivi d’étincelles survient à la station Palais-Royal. À l’origine de l’incident : « une disjonction d’intensité », explique la RATP. Autrement dit, il y a trop de courant sur la ligne et l’alimentation électrique disjoncte. « Ce n’est pas exceptionnel, c’est impressionnant mais c’est sans risque pour le voyageur », tempère le transporteur. Problème, l’incident entraîne une réaction en chaîne. Il provoque tout d’abord une avarie matériel sur une rame à la station Concorde. Elle est évacuée et pour réorganiser le trafic sur la ligne, les régulateurs du poste de contrôle centralisé (PCC) prennent la main « afin que le service se poursuive », indique la RATP dans ses explications.

Course folle

21h50, le service se poursuit certes, mais une rame avec des voyageurs à bord se lance dans une course folle et omet de marquer l’arrêt à trois stations consécutives : Concorde, Champs-Élysées-Clemenceau, Franklin-D.-Rossevelt. « Une mauvaise programmation », résume la Régie. Comprendre, une erreur de programmation d’origine humaine.

La ligne 1 est entièrement automatisée depuis fin 2012 et le système de sécurité automatique a heureusement parfaitement joué son rôle, évitant une collision : « Il a détecté l’anomalie [le métro en roue libre] et l’arrêt de la rame s’est fait en toute sécurité en amont de la station GeorgeV, où une autre rame stationnait », explique la RATP. Pour comprendre, le système de contrôle-commande (communication based train control – CBTC) dont est équipée la ligne 1 (comme la 14) contrôle le trafic grâce à une communication continue entre les rames et un ordinateur central chargé de gérer tous les métros sur la ligne. Objectif, augmenter le débit en réduisant l’intervalle de temps entre deux trains aux heures de pointe jusqu’à 85 secondes, et fluidifier le trafic avec des trains qui arrivent en stations de manière régulière.

Le 17 septembre, le CBTC « a parfaitement fonctionné », se félicite la RATP, et la rame a fini par s’arrêter à la station George-V, s’immobilisant à quelques mètres de celle en stationnement. Une enquête interne est tout de même en cours concernant la « mauvaise programmation ». N. A.



Sur le même sujet

Une Commentaire

  1. Güntürk Üstün 11 octobre 2019 1 h 21 min

    On connait bien et on estime beaucoup les efforts sérieux et résolus de la RATP au niveau de la modernisation de son réseau de métro exemplaire. D’autre part, une fois de plus on s’est rendu compte que pendant l’ère à la mode de l’automatisation totale des trains et de l’application distinguée de l’intelligence artificielle, c’est le cerveau humain qui devrait toujours être attentif et vigilant afin d’éviter le pire! Une fois de plus “Bon rétablissement” à toutes les parties concernées!

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégié des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • La News Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

  • La News Rail Passion

    Recevez chaque mercredi toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La lettre du cheminot

    Recevez chaque jeudi les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La News Historail

    Recevez chaque lundi les derniers dossiers en ligne et le magazine dès sa parution

EN SAVOIR PLUS