fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

X
© © Amicale des déportés du train fantôme

France Inter. Juillet-Août 1944, sur les traces du train fantôme

25 décembre 2020
- -
Par : Samuel Delziani

Dans l’émission Affaires sensibles sur France inter, Fabrice Drouelle revient sur l’incroyable et pénible voyage du « train fantôme », l’un des tous derniers trains de déportés parti de France à l’été caniculaire 1944 en direction du camp de concentration nazi de Dachau. Dans le chaos de la libération, un train de marchandises emmène vers une mort certaine un convoi de déportés. Il mettra 57 jours à atteindre sa terrible destination, disparaissant et se recomposant sans cesse, gagnant ainsi le surnom de « train fantôme ». À son bord, des républicains espagnols et des membres des Brigades internationales qui depuis la fin de la guerre civile espagnole sont détenus dans plusieurs camps du sud de la France. Mais également des hommes et des femmes issus de quasiment toutes les tendances de la résistance du sud de la France. Les hommes et femmes détenus dans le camp du Vernet dans l’Ariège sont déportés dans ce train qu’on qualifiera, quelques années après, de « fantôme ». Ils sont rejoints par les résistants détenus dans les prisons de la région toulousaine, notamment celle de Saint-Michel. 25 femmes résistantes sont également entassées dans ses wagons. Le 3 juillet 1944, le train part de la gare marchandises Raynal de Toulouse. 550 personnes y sont entassées depuis la veille. Le convoi part vers Bordeaux, puis vers Angoulême, mais il doit repartir dans l’autre sens et revient à Bordeaux Saint-Jean. 150 prisonniers du fort du Hâ y rejoignent le train fantôme. Finalement le train repasse par Toulouse et tente de remonter vers l’Allemagne par la Vallée du Rhône. Avec ce récit documentaire, Jean-Marie Barrère nous plonge dans l’enfer de ces wagons scellés, dans la fournaise de ce convoi vers une mort certaine. Un dernier baroud d’honneur de l’occupant nazi, qui a déjà perdu la guerre, mais qui s’entête jusqu’à l’absurde. Son récit s’appuie sur plusieurs témoignages, de cheminots, de rescapés. Dans un deuxième temps, l’écrivain Guy Scarpetta apporte également son éclairage. En 2014, il a notamment publié chez Gallimard (Collection Blanche) : Guido, l’histoire d’un antifasciste italien, exilé en France, Résistant, arrêté, déporté dans l’un des derniers convois : ce « train fantôme » qui mit des semaines à atteindre Dachau, tandis que la France se libérait l’auteur en 2016 du film « Les Résistants du Train Fantôme », (voir LVDR n° 3786 du vendredi 26 juin 2020).

A écouter ici.

 

Pour suivre toute l’actualité culturelle ferroviaire, suivez Samuel Delziani, chef de la rubrique Culture Rail de la Vie du Rail, sur Twitter.

Plus d’actualités et dossiers sur le rail dans La Vie du Rail version papier ou en ligne !



Sur le même sujet

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

EN SAVOIR PLUS