fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

X
© DR

Peur sur la ville d’Henri Verneuil

Cinéma. Le top 10 des scènes d’action ferroviaires

15 mai 2020
- -
Par : Samuel Delziani

Impossible de compter toutes les scènes d’action qui se déroulent dans un train, une gare ou le long des voies ferrées. Par contre, nous nous sommes permis de réaliser notre Top 10 de nos scènes préférées. Castagnes, fusillades ou déraillements spectaculaires : qui a dit que le train était le plus sûr des moyens de transport ?

Ainsi naquit Indiana Jones

Indiana Jones et la dernière croisade de Steven Spielberg

© DR

 

1912. Dans un coin reculé de l’Utah, le jeune Indiana Jones (River Phoenix) participe à une sortie de scouts. Alors qu’il visite une grotte, il surprend des pilleurs de tombes. Il parvient à leur subtiliser la pièce archéologique qu’ils viennent de trouver : la croix de Coronado. La bande de malfrats espère bien la récupérer et se lance à la poursuite du jeune scout. D’abord à pied, puis, avec un cheval celui-ci parvient à rattraper un train de cirque. Naturellement, les méchants aussi. Ils vont parcourir ce train, rencontrant pêle-mêle serpents, fauves et même un rhinocéros un brin fâché…

La scène filmée dans ce train restera mythique et apparaît comme un condensé de la légende du professeur Jones : cascades, bains de reptiles et un soupçon de chance… Indiana est devenu Indiana Jones au cours de cette poursuite épique dans ce train de cirque.

C’est à cette occasion qu’il reçoit son célèbre chapeau des mains du chef des pilleurs de tombes. Réalisé par Steven Spielberg, produit par George Lucas, qui a également fourni l’idée à la base du scénario, le troisième opus de la série des Indiana Jones a tous les ingrédients qui ont fait l’efficace recette de cette franchise. Et toujours le charme et l’humour d’Harrison Ford, incarnation parfaite de l’archéologue aventurier !

Indiana Jones et la dernière croisade de Steven Spielberg. Lucasfilms. Paramount Pictures. Etats-Unis. (1989)

 

Quand Bébel prend le métro

Peur sur la ville d’Henri Verneuil

© DR

 

Sorti en 1975, ce polar franco-italien écrit et réalisé par Henri Verneuil nous emmène dans le métro parisien. Jean-Paul Belmondo y campe un inspecteur de police qui traque un tueur en série qui terrorise la capitale. La scène du métro reste un grand moment d’action du film. Trois semaines de tournage ont été nécessaires pour filmer l’ensemble de la scène. L’équipe du film ne pouvait en effet tourner qu’entre minuit et 5 heures du matin, lorsque le réseau se vide de ses voyageurs. Durant la cascade, effectuée par Jean- Paul Belmondo lui-même, la rame roule à 60 km/h. Pour donner l’impression aux spectateurs que le métro roule plus vite, le réalisateur a un peu trafiqué la bande-son. La rame franchit le pont de Bir Hakeim avec l’acteur qui cavale sur son toit : un plan qui marquera toute une génération de spectateurs !

Belmondo s’est clairement investi sans compter pour ce film, il s’est d’ailleurs blessé légèrement à plusieurs reprises. Dans Peur sur la ville, l’acteur campe pour la première fois son rôle de flic tête brûlé dans des polars musclés qui vont truster les écrans en France, comme Le Professionnel, Flic ou voyou ou encore Le Marginal. Le film rencontre un immense succès, totalisant près de 4 millions d’entrées.

Peur sur la ville, d’Henri Verneuil. Cerito Films, Mondial Televizione Film. France – Italie (1975).

 

James Bond anime une voiture de l’Orient-Express

Bons baisers de Russie, de Terence Young

© DR

 

Nous n’avons plus besoin de vous présenter l’agent le moins secret de sa majesté – faut dire qu’il se présente toujours sous son vrai nom, Bond, James Bond. L’espion créé par Ian Fleming a fait les beaux jours de l’édition, mais encore plus des salles obscures. Bons baisers de Russie compte l’une des scènes d’action dans un train les plus connues de l’histoire du cinéma. Alors qu’une espionne russe, Tatiana Romanova, annonce vouloir passer à l’Ouest avec, dans ses bagages, une machine de codage du KGB, elle ne veut faire le voyage qu’en compagnie de 007. Il récupère la belle transfuge à Istanbul, où ils montent tous les deux à bord de l’Orient-Express à destination de la capitale britannique. Ce que les services anglais ignorent, c’est que Tatiana est en fait un assassin chargé de se débarrasser de l’espion… A bord, Donald Red Grant (Robert Shaw) et James Bond (Sean Connery) se livrent dans l’espace étriqué du compartiment à un combat sans merci. Alors qu’elle ne dure que deux minutes à l’écran, la scène a demandé trois semaines de tournage. Filmée avec trois caméras, elle a été chorégraphiée à la seconde près par le réalisateur Terence Young et le coordonateur des cascades, Peter Perkins.

Bons baisers de Russie, de Terence Young. EON Productions. Grande-Bretagne. (1964).

 

■ James Bond, toujours

Skyfall de Sam Mendes

© DR

 

Sorti en 2012, Skyfall est le 25e film de la série des James Bond, dont il marque le 50e anniversaire. L’agent secret britannique y a passé un cap en terme de bagarre sur un train lancé. Le train ici est un train de fret des TCDD, les Chemins de fer turcs. Il y confronte un méchant armé en manipulant un immense tractopelle transporté par le train, puis après une âpre lutte, il chute de l’impressionnant viaduc Varda et est laissé pour mort. Ce très beau pont ferroviaire construit en 1905 dans la province turque d’Adana, dans le sud du pays, offre à la scène un final d’anthologie ! Autre scène qui se déroule dans l’espace ferroviaire : la tentative de Bond d’arrêter le très méchant Tiago Rodriguez alias Raoul Silva (Javier Bardem) qui tente de s’échapper par le tunnel du Tube londonien, puis dans la station Charing Cross à l’heure de pointe, puis dans une rame bondée. La partie désaffectée de cette station a accueilli régulièrement des tournages.

Skyfall de Sam Mendes. EON Productions. Grande-Bretagne – Etats-Unis. (1964).

 

Une course poursuite devenue culte

French Connection de William Friedkin

© DR

 

Les courses poursuites entre voitures, c’est un classique du film d’action. Mais dans l’excellent French Connection, le réalisateur a fait beaucoup plus fort : une poursuite entre une voiture et un train de banlieue. Au volant de la voiture, Gene Hackman poursuit à Brooklyn, le trafiquant de drogue qui a pris en otage le conducteur du métro aérien de la BMT West End Line. Scène extrêmement complexe, avec de nombreux plans de coupe nous transportant à bord du train, elle est encore aujourd’hui l’une des scènes de poursuite les plus célèbres du cinéma américain. Sorti en 1971 sur les écrans, le film conte l’histoire des policiers new-yorkais qui enquête sur les activités de la French Connection, une équipe de truands marseillais et corses qui ont importé une héroïne extrêmement pure aux Etats-Unis jusqu’à la fin des années 1960. A l’époque, cette filière constitue la principale source d’approvisionnement en héroïne du pays. Remportant cinq Oscars, dont celui du meilleur film, French Connection demeure une référence du film policier, notamment pour son incroyable scène de poursuite !

French Connection de William Friedkin. D’Antoni Productions. Schine-Moore Prod. Etats-Unis. (1971)

 

La mission est vraiment impossible

Mission Impossible, de Brian De Palma

© DR

 

De toutes les cascades scandaleusement improbables effectuées par Tom Cruise dans la franchise Mission : Impossible, aucune n’est aussi mémorable que celle qui clôt le premier volet signé par Brian De Palma. Tom Cruise poursuit le méchant campé par Jon Voight sur un toit de TGV Atlantique circulant à pleine vitesse (mais sans pantographe) en direction du tunnel sous la Manche… Un hélico, piloté par Jean Reno qui doit extraire son complice, poursuit le TGV dans le Tunnel sous la Manche. l fallait oser ! Pour cette incroyable séquence, Brian de Palma ne s’encombre pas de vraisemblance technique mais il fait une belle publicité au TGV. Accessoirement, ce tournage a rapporté à l’époque un million de francs de droits à la SNCF. Et pour les amateurs de films d’action un des scènes les plus folles de l’histoire !

Mission Impossible, de Brian De Palma. Paramount Pictures, Cruise/Wagner Productions Etats-Unis. (1996)

Des gangsters en gare de Chicago Union

Les Incorruptibles, de Brian De Palma

© DR

 

Le grand hall de la gare de Chicago Union a accueilli une scène d’échange de coups de feu mémorable ! Ses escaliers ont servi de décor pour l’une des scènes les plus marquantes des Incorruptibles de Brian De Palma avec Kevin Costner, Sean Connery et Robert de Niro dans le rôle d’Al Capone. Le réalisateur rendant à travers celle-ci un hommage au grand réalisateur soviétique Sergueï Eisenstein et son célèbre Cuirassé Potemkine avec le landau qui s’échappe dans l’escalier et descend les marches au ralenti alors que les hommes de Capone et Eliot Ness s’affrontent. Une scène, devenue mythique, qui a fait connaitre la gare bien au-delà des rives du lac Michigan. Initialement, le scénario prévoyait que ce combat final soit filmé dans un train à l’arrêt. Mais devant les coûts de production, le réalisateur a opté pour le grand hall de la gare de Chicago Union pour tourner la scène.

Les Incorruptibles, de Brian De Palma. Paramount Pictures. Etats-Unis. (1987)

 

Esquive de train

Le Fugitif, d’Andrew Davis

© DR

 

Injustement accusé du meurtre de sa femme, le docteur Richard Kimble (Harrison Ford) doit être incarcéré. Mais pendant son transfert, d’autres détenus provoquent une bagarre pour tenter de s’échapper. Le fourgon cellulaire fini par atterrir sur une voie de chemin de fer. Les phares d’une locomotive pointent soudain au bout des rails, le choc est inéluctable. Mais alors que tous – détenus et gardiens – ont fuit, Richard Kimble entreprend de sortir du fourgon l’un des gardiens inconscients. Naturellement, il y parvient in extremis, juste avant le grand fracas des machines qui s’entrechoquent. S’en suit une course, pieds entravés, pour éviter la locomotive qui a déraillé sous le choc et les wagons qui s’encastrent les uns dans les autres…

Il est alors pourchassé par l’implacable, Samuel Gerard, chef de l’équipe de marshalls des Etats-Unis chargée de le retrouver. Joué par Tommy Lee Jones (Men in Black, No Country for Old Men), le policier va trouver avec le respectable chirurgien un adversaire des plus coriaces !

Le Fugitif, d’Andrew Davis. Warner Bros. Etats-Unis.(1993)

 

Esquive de train (bis)

Stand by me de Rob Reiner

© DR

 

Les acteurs de la sécurité ferroviaire le répètent à l’envie… Les voyageurs qui descendent sur les voies s’exposent à de nombreux dangers et c’est pour cela qu’il est rigoureusement interdit de s’y promener. Malheureusement, dans le film Stand by Me, une adaptation d’une nouvelle de Stephen King baptisée Le Corps, les protagonistes n’ont pas dû entendre parler de cette règle simple… Alors qu’ils longent les voies de chemin de fer, ils doivent franchir un viaduc pour continuer leur route. Ils sont encore en train de marcher sur l’ouvrage d’art quand un train arrive dans leurs dos… Au cours de l’été 1959 dans l’Oregon, la vie du jeune Gordie Lachance va être bouleversée. Avec ses copains Chris, Teddy et Vern, ils apprennent que le corps d’un enfant disparu peu de temps auparavant a été retrouvé par Bill, le frère de Vern, et un ami. Ils partent alors à la recherche du cadavre. Une quête qui se révèlera initiatique. Au bout de la voie, c’est l’âge adulte qui se profile. Un très beau film sur l’adolescence qui dépasse largement cette seule scène de la traversée du viaduc.

Stand by me de Rob Reiner. Act III Productions. Etats-Unis. (1986)

 

Ant-Man, l’action en miniature

Ant-Man de Peyton Reed

© DR

Si les scènes d’actions sur les toits des trains sont un classique du cinéma, voici probablement l’unique scène se déroulant sur un train miniature !

Scott Lang (Paul Rudd), cambrioleur expérimenté, et le Dr Hank Pym (Michael Douglas) doivent s’associer pour protéger le secret du costume d’Ant-Man, qui permet à celui qui le porte de rétrécir à la demande ! En renouvelant le film de casse, Ant-Man joue avec les codes du genre. C’est aussi un incroyable défi technique avec des effets spéciaux essentiels à la réussite de ce film Marvel. Le réalisateur Peyton Reed explique notamment toute la difficulté d’intégrer les fourmis dans l’image, Ant-Man jouissant de la faculté de contrôler ces sympathiques insectes : « Nous avons eu recours aux effets spéciaux réalisés sur le plateau, au moment des prises de vues, et aux effets visuels numériques. Notre objectif était de rendre ces scènes les plus réalistes possibles. Nous avons fait beaucoup de recherches sur la macrophotographie de fourmis et la manière de reproduire cela au mieux dans le film, car Ant-Man a aussi le pouvoir de contrôler des armées de fourmis. » La scène où le train miniature est attaqué par des légions de fourmis reste unique dans les annales du cinéma !

Ant-Man de Peyton Reed. Marvel Studios. Etats-Unis. (2015)

 

Pour suivre toute l’actualité culturelle ferroviaire, suivez Samuel Delziani, chef de la rubrique Culture Rail de la Vie du Rail, sur Twitter.

Plus d’actualités et dossiers sur le rail dans La Vie du Rail version papier ou en ligne !



Sur le même sujet

Une Commentaire

  1. Güntürk Üstün 16 mai 2020 1 h 15 min

    Voici 8 autres films sur le thème des chemins de fer pleins d’action qui pourraient intéresser certains cinéphiles:

    1) The Lady Vanishes / Une Femme Disparaît de Alfred Hitchcock. Gainsborough Pictures. Royaume-Uni (1938).
    2) Compartiment Tueurs / The Sleeping Car Murders de Costa-Gavras. PECF. France (1965).
    3) Silver Streak / Transamerica Express de Arthur Hiller. Miller-Milkis Productions. États Unis (1976).
    4) Runaway Train / À Bout De Course de Andrei Konchalovsky. Golan-Globus Productions. États Unis (1985).
    5) Narrow Margin / Le Seul Témoin de Peter Hyams. Carolco Pictures. États Unis (1990).
    6) Switchback / La Piste Du Tueur de Jeb Stuart.
    Pacific Western Productions. États Unis (1997).
    7) Last Passenger / ? de Omid Nooshin. NDF International Future Films-UK Film Council-Pinewood Studios-2B Pictures. Royaume-Uni (2013).
    8) The Commuter / The Passenger de Jaume Collet-Serra. Ombra Films-StudioCanal UK-
    The Picture Company. États Unis/France/Royaume-Uni (2018).

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

EN SAVOIR PLUS