Soyez au courant des nouveautés, des promotions exclusives et des ventes privées de la Boutique de la Vie du Rail et vous inscrivant à notre newsletter hebdomadaire !

  • Le Train fantôme de Walter Forde (1941)

  • Terreur dans le Shanghaï Express d’Eugenio Martin (1972)

  • Le métro de la mort de Gary Sherman (1973)

  • Le Monstre du train de Roger Spottiswoode (1980)

  • Mimic de Guillermo Del Toro (1997)

  • Creep de Christopher Smith (2004)

  • The Midnight Meat Train de Ryûhei Kitamura (2008)

  • The Tunnel de Carlos Ledesma (2011)

  • Howl de Paul Hyett (2015)

Les 10 meilleurs films d’horreur le long des rails

31 octobre 2017
- -
Par : S. D.

Voici notre sélection des 10 films d’épouvante pour vivre une fête d’Halloween tout en claquements de dents et en frissons d’effroi. Des productions de tous les pays, dont les scénarios se déroulent le long des rails. Ici les passagers sans billet – loup-garou, intelligence extraterrestre, cannibale, zombie, psychopathe ou insecte mutant – sont des plus difficiles à contrôler !

Le Train fantôme de Walter Forde (1941)

Dès le générique, on est sur les rails. Une caméra posée à l’avant d’une locomotive nous permet d’emprunter la voie sans quitter notre fauteuil et de partager ainsi le destin de ces passagers. À cause de la mauvaise farce d’un comédien de vaudeville (Arthur Askey), un groupe de huit voyageurs se retrouve bloqué dans une petite gare de campagne. Une gare qui cache une bien sombre malédiction : régulièrement un train fantôme la traverse, depuis qu’une catastrophe terrible s’y est déroulée. Pour nos voyageurs égarés, la nuit s’annonce bien longue… Le Britannique Walter Forde n’a pas réalisé son chef d’oeuvre, mais reste cette ambiance de film de fantômes un peu désuet. À conseiller aux nostalgiques du cinéma des années 1940.

Terreur dans le Shanghaï Express d’Eugenio Martin (1972)

En 1906, une expédition emmenée par un paléontologue britannique, Alexander Saxton découvre un hominidé préhistorique aux confins de la province chinoise du Sichuan. Le scientifique désire ramener sa découverte à Londres via Moscou grâce au Transsibérien. Dans la gare de la concession russe de Shanghaï, il parvient, non sans difficulté, à obtenir un billet dans le train transcontinental, mais avant de monter à bord un voleur décède mystérieusement et un étrange mystique russe aux faux airs de Raspoutine fait un scandale. Quand le convoi s’ébranle enfin, il est déjà trop tard… Les décès suspects vont s’enchaîner au fur et à mesure que le train s’enfonce dans la nuit sibérienne. Christopher Lee qui a joué une dizaine de fois le rôle de Dracula, Peter Cushing, campant quant à lui régulièrement le chasseur de vampire Van Helsing et Telly Savalas (Les 12 salopards, Kojac)… autant d’acteurs qui ont fait les beaux jours du cinéma de série B. Ils font de ce film britannico-espagnol une vraie réussite.

Le métro de la mort de Gary Sherman (1973)

Horreur gore et humour noir constituent ici un cocktail efficace ! Un couple d’étudiants américains tombent sur un homme inanimé dans un escalier de la station Russel Square de la ligne Piccadilly. De retour avec un policier, le corps a disparu ! Il n’est pourtant pas parti bien loin. Des travailleurs de l’ère victorienne ont été emmurés dans les entrailles du métro de Londres, jamais secourus, et on survécut dans des sections de lignes désaffectées en se nourrissant du seul gibier abondant dans le voisinage : le voyageur. Leur garde-manger et leur petit nid douillet offrant une vision toute en couleurs. Le film est servi par une distribution de haut vol. Avec dans le rôle du détective, Donald Pleasence, dans celui du cannibale, unique survivant de sa lignée, l’excellent Hugh Armstrong et même Christopher Lee (encore lui !) qui campe ici un agent du MI 5, une agence des services secrets de sa majesté, méprisant et hautain.

Le Monstre du train de Roger Spottiswoode (1980)

Ha l’humour potache des étudiants… La plupart du temps sans conséquences. Pas dans cette histoire de vengeance. Trois ans après avoir joué un mauvais tour à l’un de leur camarade, un groupe de jeunes monte à bord d’un train pour célébrer déguisés la nouvelle année. Mais, un meurtrier entreprend alors d’occire les joyeux drilles en leur subtilisant à chaque fois leur costume, afin de ne pas se faire prendre… Jamie Lee Curtis, abonnée au début de sa carrière aux rôles des films d’épouvante (Halloween, la nuit des masques, Fog ou encore le Bal de l’horreur) joue ici dans son quatrième long métrage. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard, la volonté de la production étant de reproduire dans un train le succès du film Halloween, la nuit des masques, un grand classique du genre.

Mimic de Guillermo Del Toro (1997)

Après un générique des plus anxiogène, franchement à déconseiller aux épileptiques, nous découvrons un New-York en proie à une terrible épidémie qui menace toute une génération d’enfants. Un médecin du centre de dépistage de la ville et une entomologiste vont parvenir à la juguler en créant un insecte génétiquement modifié. Trois ans plus tard, une étrange créature arpente les rues de la ville. C’est bien connu les insectes se reproduisent volontiers dans le métro… ceux-ci, en plus d’un appétit démesuré, ont choisi d’y installer leur colonie. Une colonie qu’il faut bien nourrir. Pour nos apprentis-sorciers, il est temps de réparer les erreurs commises dans le passé. Second long-métrage de Guillermo Del Toro, le film a des qualités, mais de l’aveu même du réalisateur mexicain, la production ne lui a pas laissé assez de liberté. En tout cas, entomophobe s’abstenir !

Creep de Christopher Smith (2004)

À Londres, Kate, une jeune allemande qui part à la recherche de l’acteur George Clooney partiellement ivre après une soirée chic bien arrosée, s’assoupit dans le dernier métro. À son réveil, elle est seule dans la rame… et pire, elle se retrouve bloquée dans le métro, alors qu’un terrible tueur y sévit. Commence alors une plongée terriblement violente dans le « Tube » londonien. Ce film britannico-allemand n’est pas parfait, mais la performance de l’actrice Franka Potente est des plus réussie.

The Midnight Meat Train de Ryûhei Kitamura (2008)

Adapté d’une nouvelle de Clive Barker, ce bon film d’horreur américain exploite avec talent le caractère sombre et effrayant du métro la nuit. Leon, un photographe dont le sujet principal est la réalité de la ville, s’enfonce dans son sous-sol pour prendre des clichés uniques. Là, il intervient, alors qu’une jeune femme se fait agresser. Malgré la fuite des voyous, il apprend le lendemain que celle-ci a disparue. Il se lance alors sur la trace d’un mystérieux boucher qui se révèle être un tueur en série exerçant ses talents dans le dernier train… et, c’est connu, dans un train en marche, il est impossible de fuir ! Ce film ultra violent a remporté le Prix du jury Science Fiction et le Prix du public au festival du film fantastique de Gerardmer .

The Tunnel de Carlos Ledesma (2011)

Ce n’est pas tous les jours que l’on visionne un film d’horreur australien. Avec The Tunnel, vous vous demanderez pourquoi ! En 2007, le gouvernement de Nouvelle-Galles du Sud abandonne son plan d’utilisation des eaux du réseau ferré sous-terrain abandonnée de la ville de Sydney. L’année suivante, Natasha Warner, une journaliste pugnace décide d’enquêter alors que des rumeurs enflent sur le site. Avec deux collègues, elle commet alors l’erreur d’aller voir elle-même ce qui s’y trame. Elle y trouvera toute la matière pour un reportage qui fera sensation… le tout étant d’être encore là pour pouvoir le réaliser !

Howl de Paul Hyett (2015)

Le trajet avait pourtant débuté comme tous les autres pour ce jeune contrôleur d’un train de la banlieue londonienne. Il accomplit sa routine, machinalement, pressé de rentrer chez lui. Mais quand le train s’immobilise au beau milieu de la campagne, c’est la peur qui s’invite à bord, car en cette nuit de pleine lune, une étrange bête semble avoir un appétit sans limite et un goût prononcé pour la viande de passager.

Train to Busan de Yeon Sang-Ho (2016)

Seok-woo est un cadre supérieur en pleine ascension, un gestionnaire d’actifs sans scrupule, qui sacrifice tout pour le succès de l’entreprise qui l’emploie, y compris sa famille. Divorcé, c’est sa mère qui élève sa fille, Su-an, qui doit fêter son anniversaire le lendemain. La petite parvient à persuader son père de l’accompagner voir sa mère qui vit à Busan, l’unique cadeau qu’elle réclame. 5h30 le jour suivant, ils montent tous les deux à bord du train KTX 406 à destination du grand port du sud-est du pays. Il a l’esprit encombré par son travail. Un accident qui vient de se produire dans une usine chimique menace un certain nombre de titres boursiers que son entreprise détient. Alors que le train à grande vitesse s’ébranle enfin, les premiers signes d’une catastrophe de grande envergure surviennent sur le quai. À bord, une jeune fille infectée par la catastrophe s’est cachée dans les toilettes, elle finira par en sortir… Bientôt, les voyageurs comprennent qu’en dehors l’État d’urgence a été instauré dans tout le pays.

Et aussi : Le Train des épouvantes (1965), Massacres dans le train fantôme (1981), Train Express pour l’enfer (1985), Beyond the Door III, Amok Train (1989), Marebito (2004), Creep (2004), Redeye (2005), Ghost Train (2006), Snakes on a Train (2006), Otoshimono (2006), Le Terminus de l’horreur (2007), Train de Gideon Raff (2008), Teke Teke (2009).



Sur le même sujet

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

EN SAVOIR PLUS