fbpx

Nouveau !

Historail, le magazine pour les passionnés de l'histoire ferroviaire édité par La Vie du Rail, lance sa newsletter !
Recevez chaque lundi, le meilleur de l'histoire ferroviaire.

Transformation de la ligne Carcassonne – Quillan en ligne de tram-train

21 septembre 2018
- -
Par : Adrien Cané

La ligne Carcassonne – Quillan voit aujourd’hui son exploitation de transport de voyageurs menacée. Une transformation de cette ligne TER en ligne de tram-train permettrait une baisse conséquente de ses coûts d’exploitation, ce qui la rendrait économiquement viable. Cela engendrerait aussi plus de confort, de régularité et de modernité aux voyageurs.

 

Réalisé par Adrien Cané.

Contact : caneadrien@gmail.com

Actuellement, l’exploitation des trains TER est la première dépense des Régions, les petites lignes de TER n’ont jamais été autant menacées. Dans le même temps, se développe l’impératif de moyens de transports plus écologiques, le rapport Spinetta montre du doigt la sous-exploitation du réseau et la non rentabilité de certaines lignes de TER.

L’utilisation du tram-train hors des agglomérations densément peuplées permettrait de répondre à tout cela. En effet, il est possible après sortie de ces lignes du réseau ferroviaire national de les exploiter en dehors du monopole de la SNCF et d’une législation contraignante.

Dans le droit français, un tram-train sur une ligne du réseau ferroviaire national est un train, un tram-train sur une ligne de tramway (hors du réseau ferroviaire national) est un tramway. Il suffit alors qu’une ligne de chemin de fer soit juridiquement considérée comme une ligne de tramway pour pouvoir l’exploiter comme tel, ce qui permet économies et souplesse d’exploitation.

Les lignes rurales disposent souvent des mêmes caractéristiques techniques que les lignes où le tram-train est exploité, comme une vitesse inférieure à 100 km/h et des arrêts nombreux. Il apparaît dès lors opportun de se poser la question de l’exploitation du tram-train sur ces lignes.

I. Avantages par rapport à une exploitation de type TER

A. Des coûts d’exploitation de 40% inférieurs à celui d’un train

D’après une étude réalisée par la SNCF concernant la réalisation de la ligne de la tangentielle nord, l’exploitation d’un matériel de type tram-trains par un conducteur de tramway présente un coût d’exploitation au kilomètre 40% inférieur par rapport à une exploitation via un train.

Un tiers de l’économie d’exploitation s’explique par le recours à un personnel n’ayant pas le statut avantageux de cheminot, mais aussi par l’absence de l’obligation de détenir une licence européenne de conducteur de train, étant donné qu’il s’agit d’un réseau hors du réseau ferroviaire national.

Les deux tiers restant s’expliquent par des caractéristiques techniques : matériel roulant moins cher à l’achat et à l’entretien, entretien moins coûteux des stations, etc.

B. Contourner le monopole de la SNCF

Un tram-train hors du réseau ferroviaire national, peut être exploité via une délégation de service public par une société exploitant des tramways comme Transdev ou Keolis contrairement à un train circulant sur le réseau ferroviaire national relevant du monopole de la SNCF (article L. 2141-1 du code des transports).

C. De possibles économies par la propriété de l’infrastructure.

L’utilisation des dispositions de l’article L. 3114 du Code général de la propriété des personnes publiques (CGPPP) permettrait à la Région ou a une autre collectivité territoriale de récupérer la propriété de la l’infrastructure. De fait, la Région ou la collectivité territoriale exploitant la ligne de tram-train n’aurait plus de péages à payer à SNCF Réseau.

Le coût des péages variant avec la fréquence des trains, devient essentiellement un coût fixe lié aux travaux et à l’entretient de la ligne. Les travaux seraient alors réalisés via un appel d’offre par une entreprise privée. L’entretient de l’infrastructure serait confié au délégataire de service public ou à la régie exploitant la ligne.

Cette acquisition de l’infrastructure pourrait permettre des économies d’exploitation supplémentaire et permettre l’entretient correct des lignes de chemin de fer secondaires, afin d’éviter de coûteux travaux de rénovation complète de la voie souvent rendus nécessaires par un entretient irrégulier.

D. Caractéristiques techniques : vers plus de modernité

Un tram-train est une forme hybride entre le train et le tramway, pouvant circuler sur une voie du réseau ferroviaire national conduit par un conducteur de train, et sur un réseau extérieur au réseau ferroviaire national conduit par un conducteur de tramway.

Sa vitesse peut aller jusqu’à 100 km/h sur une ligne disposant d’une signalisation, ce qui est le cas de la ligne de Carcassonne à Quillan.

La ligne Carcassonne – Quillan est principalement limitée à 60km/h avec des sections à 90 km/h. La vitesse limitée à 100km/h de ce type de matériel ne pose donc aucun problème sur cette ligne.

Un simple acte de déclassement du réseau ferroviaire national suffit pour y faire circuler ce type de matériel conduit par un conducteur de tramway sur la ligne de Carcassonne à Quillan. La ligne serait alors transférée à une collectivité territoriale, d’après les dispositions de l’article L. 3114 du CGPPP.

E. Du matériel moins couteux et plus performant

Une rame de tram-train se négocie autour de 4 millions (prix d’une rame Alstom Citadis Dualis payé par la Région Pays de la Loire) d’euros alors qu’une rame de TER se négocie autour d’une dizaine de millions d’euros.

Du fait de leur légèreté les tram-trains ont des performances d’accélération et de freinage excellentes, bien supérieures aux trains classiques plus lourds. Cette légèreté limite l’usure du matériel et de la voie, ce qui diminue les dépenses d’entretien.

II. Les travaux d’aménagement à prévoir

A. Les travaux à prévoir sur la ligne 1.

1. Estimation des travaux d’infrastructure

Concernant la traction, ce type de matériel peut circuler au diesel ou à l’électricité. Dans une logique écologique, il serait préférable d’électrifier la ligne.

Le coût théorique estimé par la SNCF est en moyenne de 750 000€ / kilomètre pour une voie unique. Le coût de l’électrification pourrait être moindre en raison de la quasi absence d’ouvrages à mettre au gabarit et à la présence d’une sous-station d’alimentation à proximité de la ligne peu avant la gare de Carcassonne.

Ainsi l’électrification se limite sur la ligne à la pose de caténaires, de la ligne aérienne de contact et à la construction d’une sous-station d’alimentation à la gare de Limoux (celle de Carcassonne assurant l’électrification de la première moitié de la ligne).

tabl1

L’électrification de la ligne présente un coût élevé, elle n’est pertinente que sur une ligne à forte circulation.

A cela il serait souhaitable d’augmenter les limitations de vitesse sur l’ensemble de la ligne à 100 km/h.

La ligne a été conçue pour une circulation à 90 km/h mais est actuellement limitée à 60 km/h sur la majorité du tracé en raison du mauvais état de la voie. Passer de 90 km/h à 100 km/h après une rénovation de la voie n’apparaît pas poser une difficulté technique particulière, le seul impératif pourrait être une augmentation du rayon certaines courbes si nécessaire.

Avec ces aménagements le temps de parcours pourrait être considérablement réduit :

tabl2

2. Opportunité des travaux

Ces travaux visant à transformer la ligne Carcassonne – Limoux – Quillan en ligne de tram-train performante ne sont opportuns que sur le tronçon Carcassonne – Limoux, du moins dans un premier temps.

L’observation de la fréquentation de la gare de Quillan était de 29 970 voyageurs en 2014, ce qui pourrait créer de bonnes surprises de fréquentation en cas de mise en place d’une ligne de tram-train cadencé jusqu’à Quillan.

B. Les travaux à prévoir sur les gares

Prévoir des travaux de rénovation des gares de la ligne et mise en place d’automates de vente de billets.

Des parkings relais seraient utiles à proximité des gares afin de proposer une alternative à l’usage quotidien de la voiture. Notamment à la gare de Limoux pour les Limouxins et habitants des alentours travaillant à Carcassonne.

1. La gare de Carcassonne

Création de deux voies de garage avec un quai indépendante du reste du réseau à la gare de Carcassonne en lieu et place de l’entrepôt de la SERNAM, voire une troisième voie de garage avec un quai réservé aux trains touristiques.

Etant donné que la ligne de tram-train concernerait essentiellement des voyageurs réguliers, il serait intéressant d’y installer des portiques n’autorisant l’accès au train que aux voyageurs munis d’un titre de transport.

2. Création de la gare de Carcassonne Pointe Ferrand

Il serait intéressant de construire une gare au niveau du pont de l’avenue Henri Gout surplombant la ligne la voie.

Cette gare présenterait l’intérêt de permettre une correspondance facile avec le réseau de bus de Carcassonne Agglo via l’arrêt « Henri Gout », ce qui serait d’autant plus intéressant si une tarification commune était mise en place entre le bus et le tram-train.

La gare de Carcassonne est mal intégrée au réseau de bus. La gare est à proximité d’une zone commerciale, de commerces, d’un quartier densément peuplé, d’un collège, d’une clinique. Ce qui constitue de nombreux atouts pour la future fréquentation de la gare. La proximité avec l’aéroport pourrait en faire un point de correspondance intéressant avec la navette aéroport.

tabl3

3. Fusion des gares Couffoulens-Leuc et Verzeille

Les gares Couffoulens-Leuc et Verzeilles fréquentées par 1171 voyageurs pour la première et 303 voyageurs pour la seconde en 2014, ne justifient pas leur maintient seule. De plus ces gares sont mal implantées. La création d’une gare nouvelle permettrait de créer un point de croisement entre les trains, permettant de proposer des fréquences d’un train chaque demi-heure. La gare serait exploitée en point d’arrêt non géré (PANG).

La solution pourrait résider dans une fusion des deux gares sur la commune de Leuc avec création d’un parking relai et une correspondance avec la ligne K du réseau de bus non urbain de Carcassonne Agglo.

La gare serait située sur la commune de Leuc, à proximité de la D104. La gare serait proche du centre de Leuc et des commerces que compte le village. La construction de la gare pourrait être complétée par l’installation de commerces supplémentaires à proximité ainsi que un plan de construction de logements.

tabl4

Il serait nécessaire de prévoir la création d’une voie goudronnée à double sens de circulation afin d’assurer un raccordement direct de la gare à la commune de Couffoulens. L’accès routier à Verzeille s’effectuera via la Route Départementale. Un parking relais devrait permettre aux habitants des villages alentours d’aller à Carcassonne ou Limoux sans avoir besoin d’utiliser leur voiture.

4. La gare de Pomas

La gare de Pomas était fréquentée en 2014 par 6738 voyageurs. La gare n’a pas besoin de travaux d’aménagement, simplement de la création à proximité d’un parking. Un plan de construction de logements à proximité de la gare serait intéressant.

5. La gare de Limoux-Flassian

La halte de Limoux-Flassian a été fréquentée en 2014 par 4425 voyageurs. il serait intéressant de réfléchir à son déplacement à proximité du supermarché Leclerc afin de mieux l’intégrer à la zone commerciale.

6. La gare de Limoux

La gare de Limoux a accueilli 17138 voyageurs en 2014, elle ne nécessite pas de travaux à priori, hormis une éventuelle rénovation.

7. Réouverture de la gare de Limoux-Massia

Il serait intéressant de rouvrir la gare de Limoux-Massia afin de créer un parking relai et une correspondance avec des bus jusqu’à Quillan, pour les habitants de la haute vallée. Il serait également intéressant d’y construire à proximité un bâtiment pour le remisage et l’entretient du matériel roulant.

La gare est située à proximité d’une association de réinsertion et d’une usine. Elle dispose autour d’elle de terrains qui pourraient être intéressant pour un plan de construction de logements.

III. Prix du matériel roulant

Le prix du matériel roulant est estimé à 4 millions d’euros l’unité, pour une rame de Tram-Train Alstom Citadis Dualis, d’après le prix payé par la région Pays de la Loire. La ligne aurait besoin de disposer d’au moins deux exemplaires, l’un pour assurer le service dans le cadre d’un cadencement à l’heure. L’autre pour assurer le service en cas de panne ou de maintenance, et durant les périodes où le cadencement est assuré à la demi-heure. Le coût d’ensemble est donc chiffrable à 8 millions d’euros.

Les rames de tram-train Alstom Citadis sont proposées au catalogue du constructeur en 4 caisses, formant un ensemble de 42 mètres de long, il serait techniquement possible de les proposer en 3 caisses pour former en ensemble de 30 mètres, ce qui permettrait de diminuer leur prix et leurs coûts d’exploitation. On pourrait espérer une rame de tram-train de 30 mètres composée de 3 caisses à environ 3 millions d’euros, ce qui crée un parc de 2 rames à 6 millions d’euros.

IV. Impact socio-économique du projet

A. Sur le tourisme : un atout non négligeable

Le tourisme est l’un des moteurs économique de l’Aude. Carcassonne est une ville vivant en grande partie du tourisme, mais les touristes ne restent en général pas plus d’une nuitée sur place. Le tram-train entre Carcassonne et Limoux pourrait, s’il voyait le jour, permettre à des touristes d’aller découvrir Limoux, ses environs et ses multiples musées, afin de retenir les touristes plus longtemps dans le département.

La création de trains touristiques sur l’axe Carcassonne – Quillan serait un véritable atout pour le tourisme, d’autant que la section Limoux – Quillan est l’une des plus belle ligne de chemin de fer de France.

B. Sur l’environnement : des économies d’énergie

Le tram-train permettrait une véritable alternative à la voiture sur un trajet très emprunté, sans oublier par la création de parkings relais pour les personnes ne vivant pas à proximité des gares. Ces engins ont une consommation d’énergie réduite, dans sa version électrique l’énergie peut être récupérée au freinage et réinjectée dans le réseau pour réduire encore sa consommation électrique.

C. Sur l’économie : des créations d’emplois

L’exploitation du tram-train créerait des emplois directs liés à la conduite ou à l’entretient de la voie attachés au territoire où la ligne est territorialement exploitée. Il est également possible d’espérer des créations d’emplois indirects liés à un développement du tourisme ou à l’implantation d’entreprises attirées pour lesquelles le tram-train serait un atout.

V. Démographie des communes traversées

Section Carcassonne – Limoux (en 2015 selon l’INSEE)

tabl5

La démographie sur cette section est compatible avec une exploitation d’une ligne de chemin de fer.

Section Limoux – Quillan (en 2015 selon l’INSEE)

tabl6

La démographie sur cette section apparaît limitée pour l’exploitation d’une ligne de chemin de fer. Mais d’autres types de fréquentation, comme une fréquentation touristique pourraient justifier l’exploitation de cette ligne sur cette section.

NB : Une cellule regroupe plusieurs communes si elles dépendent d’une même gare. Quand l’aire urbaine n’est pas mentionnée, cela signifie que la commune n’est pas considérée comme disposant d’une aire urbaine.

VI. L’exploitation envisageable

A. Section Carcassonne – Limoux

Une fréquence de un tram-train par heure et par sens serait nécessaire en raison de la densité de population sur cette section, voire même un cadencement à la demi-heure aux heures de pointe. La forte fréquentation de la route entre Carcassonne et Limoux, la démographie (voir V.) ainsi que les bons chiffres d’exploitation passée de la ligne, permet de l’envisager.

La baisse de fréquentation de la ligne est liée selon moi liée à une baisse de la vitesse maximale d’exploitation (de 90 km/h à 60 km/h) et du faible nombre de fréquence, de fait elle n’apporte pas un gain de temps face à la voiture et permet difficilement une utilisation quotidienne. La ligne ne répond plus aux besoins des usagers.

B. Section Limoux – Quillan

Une fréquence d’un tram-train par heure est largement suffisante sur cette section, à la vue de la faible densité de circulation de Quillan et de la haute vallée de l’Aude. Néanmoins cette section et ce territoire disposent d’un intérêt touristique indéniable, sa valorisation permettrait de bonnes surprises de fréquentation.

Cette section de ligne est l’une des plus belle de France, elle possède un fort potentiel pour la circulation de trains touristique. TPCF pourrait y faire circuler ses trains touristiques, comme sur la section St Martin Lys – Rivesaltes.

C. Le transport des marchandises

La ligne voisine de Rivesaltes à Saint-Martin-Lys est gérée par un opérateur ferroviaire de proximité (RégioRail) exploitant des trains de marchandises et TPCF exploitant un train touristique sur cette ligne sortie du réseau ferroviaire national.

RégioRail est tout à fait en capacité de gérer le trafic des marchandises sur la ligne Carcassonne – Quillan. La réouverture de la section Quillan – Saint-Martin-Lys permettrait de relier à nouveau les deux lignes.

VII. Financement de l’exploitation

A. Améliorer le service avec un budget d’exploitation constant

La ligne compte entre 6 et 8 liaisons aller-retour TER par jours en semaine. Afin d’améliorer la ligne à budget d’exploitation constant il serait bon de diminuer d’au moins 50% le cout d’exploitation par kilomètre.

Plusieurs éléments du projet permettent cela :

– La fin du monopole d’exploitation de la SNCF sur la ligne : utilisation d’un délégataire de service public ou d’une régie.

– Le recours à des conducteurs de tramway au lieu de conducteurs de trains : la conduite d’un tram-train est bien plus facile que celle d’un train.

– Un matériel économique à l’exploitation : maintenance peu couteuse

– L’utilisation de la traction électrique en remplacement du diesel

– La propriété de l’infrastructure

– La réduction du temps de parcours d’une dizaine de minutes entre Carcassonne et Limoux permettrait aux conducteurs de réaliser un 1/3 de trajets en plus avec le même temps de conduite.

A cela pourrait s’ajouter une augmentation des recettes de fréquentation due à l’amélioration de la qualité du service, et une économie si la liaison Limoux-Quillan venait à être fermée.

Il serait intéressant de disposer d’au moins 14 aller-retour par jours de semaine cadencées à l’heure, de 6h à 20h. Ces liaisons pourraient être complétées par des trains effectuant un cadencement à la demi heure ou par des trains circulant après 20h en semaine.

Le week-end la ligne dispose de 4 trajets aller-retour par jour. Il serait intéressant d’intégrer le samedi au cadencement en vigueur les jours de semaine et de disposer d’un cadencement d’un train toutes les deux heures le dimanche.

B. Participation financière des intercommunalités

Il serait intéressant d’intégrer dans ce projet les intercommunalités de Carcassonne et de Limoux en leur proposant de contribuer au financement de l’exploitation de la ligne. Mais aussi par une tarification commune entre la ligne de tram-train et les bus urbains circulant à Carcassonne afin d’inciter à l’utilisation des transports en commun, le coût du titre de transport est le même, 1€ pour un trajet.

La ligne pourrait à l’avenir se gérer de plus en plus par une coopération entre les deux intercommunalités, permettant ainsi à la Région de se concentrer sur les lignes TER dont elle seule peut assurer la gestion.

C. Recherche de ressources annexes

Il serait intéressant de réfléchir à la recherche de ressources annexes pour financer l’exploitation de la ligne. L’exploitant de la ligne pourrait louer à des tiers des bâtiments liés à la ligne à l’usage d’habitation ou pour l’installation d’entreprises.

VIII. Insertion dans les réseaux de transports en commun

A. Tarification commune avec le réseau de bus

Une des innovations du projet pourrait être de proposer une tarification commune des titres de transports, via une convention entre la Communauté d’agglomération de Carcassonne et la Région Occitanie.

L’usager pourrait aller de Carcassonne à Limoux en tram-train avec un abonnement ou un ticket de bus de Carcassonne Agglo, tout en ayant pris le bus juste avant. Cela permettrait de faciliter l’usage des transports en commun. De plus le tarif pour un trajet en bus ou en TER sur Carcassonne-Limoux, 1€ pour un trajet.

B. Intégration dans les lignes du réseau

Il serait intéressant dans ce projet de proposer des correspondances entre les bus de Carcassonne Agglo et les gares du tram-train. La gare nouvelle de Pointe-Ferrand pourrait assurer la correspondance avec certaines lignes de bus urbain, la nouvelle gare de Leuc pourrait assurer la correspondance avec la ligne K du réseau de bus non urbain.

Il apparaît nécessaire de créer une navette entre la gare et le centre-ville. Cette navette pourrait voir le jour via une convention entre la Communauté d’agglomération de Carcassonne et la Communauté de commune du Limouxin. Elle disposerait d’une tarification commune avec le réseau de Carcassonne Agglo et serait effectuée par la régie gérant les transports sur l’agglomération de Carcassonne.

On pourrait également envisager une liaison par une navette autonome, couplée à une politique de piétonisation d’une partie du centre ville de Limoux.

C. Correspondance Limoux – Quillan en bus

Dans le cas où l’exploitation de la section Limoux-Quillan par TER, une navette en bus pourrait desservir les communes anciennement desservies par le train en assurant une correspondance à la gare de Limoux ou à la gare de Limoux-Massia.

IX. Modèles sur le marché

A. Le Siemens Avanto

ex1

B. L’Alstom Citadis Dualis

ex2

C. Le CAF Urbos LRV (version tram-train)

ex3

D. Le Stadler Tango X. Utilisation de ce type de matériel en France Il existe en France une multitude d’usages de matériel de tram-train, avec d’importantes différences d’exploitation.

ex4

A. Les exemples français

1. La tangentielle nord (ligne T11)

La tangentielle nord est une ligne de tramway exploitée à 100km/h par une filiale de la SNCF utilisant des conducteurs de tramway.

2. La Ligne T4

La ligne T4 est une ligne de tram-train reliant Bondy à Aulnay exploitée par la SNCF en utilisant des conducteurs de la SNCF ayant le statut spécial de « conducteur de tram-train », sur une ligne appartenant au réseau ferroviaire national.

3. La ligne Nantes – Châteaubriant et la ligne Nantes – Clisson

Ces deux lignes sont exploitées sur le réseau ferroviaire national par la SNCF en utilisant des conducteurs de train, avec du matériel de type tram-train.

4. Le Rhône-Express

Le Rhône express est un tram-train exploité par un conducteur de tramway d’une filiale de Veolia : à 70km/h sur la ligne T3 du tramway de Lyon et sur une section entre le terminus de la ligne T3 et de l’aéroport Saint Exupéry à 100km/h.

5. Le tram-train de l’ouest Lyonnais

Afin de redynamiser les petites lignes de l’Ouest Lyonnais, la Région Rhône-Alpes a modernisé ces lignes et les a équipées de tram-trains. La ligne est exploitée sur le réseau ferroviaire national par la SNCF, mais les conducteurs disposent d’un statut spécial (conducteur de tram-train), le reste du personnel dispose d’une organisation du travail plus flexible que les autres agents TER.

6. Le tram-train de Mulhouse

C’est le seul vrai tram-train français, car il circule sur une ligne de chemin de fer du réseau ferroviaire national (RFN) et sur le réseau de tramway. La circulation sur le réseau de tramway et sur le RFN est assurée par une coordination entre les conducteurs de la SNCF et les conducteurs du tramway de Mulhouse qui est exploité en délégation de service public. Chaque conducteur conduit le tram-train de bout en bout du trajet. Auparavant un changement de chauffeur était nécessaire lors du passage d’un réseau à un autre.

7. Le tram-train transfrontalier Sarreguemines – Sarrebruck

La ville de Sarreguemines est reliée au réseau de tram-train de la ville voisine située en Allemagne, Sarrebruck.

B. Exemples étrangers

L’exemple le plus intéressant est celui du tramway Yverdon-les-Bains – Sainte Croix en Suisse : c’est une ligne de 24 km, reliant les deux communes Yverdon (29 977 habitants) et Sainte Croix (4 912 habitants). Ces deux communes à la démographie moindre que Carcassonne et Limoux disposent d’un service à forte fréquence de passage, le service connaît un fort succès et il est massivement utilisé par la population.

Il est un cas d’école en économie des transports. Il démontre l’application de la loi de Say « toute offre [de transports] génère sa propre demande [de transports] » à condition que cette offre puisse correspondre à un besoin.

Dans les pays du centre et de l’est de l’Europe, les réseaux de tramway interurbains ou tram-train sont fréquents, ils ne se limitent pas aux grandes agglomérations. L’Espagne développe elle aussi ce moyen de transport, avec par exemple le tram-train de la baie de Cadix. Le rapport Spineta montre du doigt la faible utilisation des lignes en France, le tram-train peut apporter une solution.

C. Enseignements à tirer des exemples français et étrangers

En France, ne se développe que dans des secteurs à forte densité de population et se heurte à une législation inadaptée, malgré quelques aménagements prévus par la loi de modernisation ferroviaire de 2014. Cette législation inadaptée conduit à des lourdeurs dans le fonctionnement du service, ce qui limite considérablement cette solution de mobilité économique et écologique.

Ainsi un conducteur de tramway ne peut pas conduire de tram-train sur le réseau ferroviaire national, sauf si la ligne en sort. De même pour un conducteur du réseau ferroviaire national sur un réseau de tramway.

Le gestionnaire du service ne décide pas directement du choix de fixer les horaires qu’il souhaite, seule la SNCF dispose de ce pouvoir. Si la ligne n’est pas sur le réseau ferroviaire national, le gestionnaire dispose d’une totale liberté de fixer les horaires qu’il souhaite et peut recourir à un délégataire de service public ou a une régie pour assurer le service. De même pour les tarifs.

Le tram-train est très développé dans les pays voisins de la France, du fait d’une législation souple. En Allemagne ils sont nés des lois de déréglementation ferroviaire. La sortie d’une ligne du réseau ferroviaire national est un moyen de développer ce service en France tout en s’affranchissant des règles d’exploitation contraignantes.

D. Une expérimentation intéressante

La transformation de la ligne Carcassonne – Limoux – Quillan en ligne de tram-train pourrait être une expérimentation intéressante pour les Régions françaises recherchant des solutions innovantes afin de dynamiser des petites lignes à l’avenir incertain, tout en réduisant leurs coûts d’exploitation.

La Région Occitanie dispose de beaucoup de lignes de chemin de fer disposant d’un beau potentiel de développement avec une exploitation par le tram-train, de plus cela permettrait à la Région de tenir ses objectifs en faveur du maintient de l’exploitation des petites lignes de TER.

XI. Potentiel de développement en Occitanie

A. Ligne Perpignan – Villefranche Vernet Les Bains

Cette ligne est électrifiée et disposait jusqu’à l’inauguration du tunnel France-Espagne d’un accès indépendant à la gare de Perpignan. Elle est exploitée avec des horaires qui s’approchent d’un cadencement à l’heure. Sa vitesse est limitée à 100km/h.

Tout cela rend cette ligne éligible à une conversion d’exploitation de TER à tram-train. Les travaux à prévoir se limitent à la construction d’une 3e voie indépendante, électrifiée, sur 4,5 km, avec un quai indépendant du reste du réseau à la gare de Perpignan.

Une fois ces aménagements effectués, la région pourra confier l’exploitation à une société privée via une délégation de service public ou l’exploiter en régie. La ligne pourra être cadencée à un train toutes les heures dans chaque sens, voire envisager des fréquences plus rapprochées si la ligne le permet.

La ligne pourrait pour partie ou dans sa totalité être intégrée à la tarification du réseau de transport de Perpignan Métropole, celle-ci pourrait également participer au financement de l’exploitation.

B. Ligne C TISSEO (Colomiers – Toulouse Arènes)

La ligne C du TISSEO, qui est une ligne TER cadencée à la demi-heure, se situe sur la ligne Toulouse – Auch. Afin de raccourcir le temps de parcours en TER entre Toulouse et Auch et assurer l’indépendance de la ligne de tram-train du reste du réseau, la solution serait la construction d’un barreau de 15 km entre la gare de Pibrac et la gare de Lacourtensourt.

tabl7

Les TER à destination de Auch ou s’arrêtant à l’Isle Jourdain pourront emprunter ce trajet plus court, la ligne pourrait également accueillir une nouvelle gare à Blagnac- AéroConstellation en correspondance avec la ligne de tramway T1.

La ligne de tram-train relierait Pibrac à la gare de Toulouse-Arènes et pourrait se prolonger jusqu’à la station Palais de justice en se connectant aux lignes de tramway T1 et T2. Ainsi la ligne serait connectée aux 2 lignes de métro A et B, ainsi que à la future ligne C. L’exploitation pourrait être assurée par les conducteurs de tramway de TISSEO.

En plus de la construction du barreau de déviation de la ligne, la ligne devrait être doublée dans sa totalité jusqu’à Pibrac, ainsi que électrifiée. En contrepartie, la Métropole de Toulouse valorise une infrastructure existante dans une zone densément peuplée, elle peut ainsi augmenter les fréquences d’exploitation ainsi que baisser le cout d’exploitation au kilomètre. La tarification serait la même que sur l’ensemble du réseau TISSEO.

La Région dispose de moyens humains et matériels et humains, qu’elle peut déplacer sur d’autres lignes de TER. Avec des travaux de relèvement de vitesse sur la section Auch – Pibrac, ainsi que l’éventuelle suppression d’arrêts, le trajet pourrait être de moins de 55 minutes, avec l’affectation de deux rames de TER, un cadencement à l’heure est envisageable sur la ligne.

C. Ligne Nîmes – Le Grau du Roi

Cette ligne dispose de nombreux atouts pour permettre le succès de son exploitation, d’une part la démographie et d’autre part l’attrait touristique. La ligne traverse des communes dont la population dépasse les 8 000 habitants, Nîmes est une ville de 150 000 habitants, avec une aire urbaine de 266 000 habitants. La ligne dessert également des lieux touristiques comme Aigues-Mortes ou la station balnéaire du Grau-du-Roi. La vitesse maximale de la ligne ne dépasse pas les 100 km/h.

Du côté de l’infrastructure, il faudrait créer une ligne séparée du réseau ferroviaire national entre la gare de St Césaire et la gare de Nîmes. Cette ligne séparée peut également prendre la forme d’une ligne de tramway entre les deux gares, pouvant être prolongée pour créer une ligne de tramway urbain à Nîmes.

La ligne n’est pas électrifiée, dans le cadre d’un projet d’exploitation avec une fréquence de passage élevée, il serait opportun d’électrifier la ligne. La ligne dispose d’une ancienne connexion avec la gare de Lunel, pour des trajets Nîmes-Lunel avec un itinéraire alternatif dont il serait intéressant d’étudier l’idée d’une éventuelle réouverture.

D. Ligne Montréjeau – Luchon

C’est une ligne dont la Région Occitanie a défendu la réouverture, la ligne sert essentiellement à assurer la correspondance entre Luchon et les trains s’arrêtant à la gare de Montréjeau. L’utilisation du tram-train permettrait de diminuer les couts d’exploitation de la ligne afin d’assurer la pérennité de son exploitation.

Concernant la ré-électrification de la ligne, l’utilisation d’un tram-train thermique permettrait de l’éviter si la fréquence d’exploitation ne le justifie pas. Seul la création d’un quai permettant à la ligne d’être indépendante du reste du réseau serait opportune.

E. Réouverture de la ligne Tarbes – Bagnère de Bigores

Cette ligne de 22 km permet une desserte fine du territoire entre la commune touristique de Bagnère de Bigores et la gare de Tarbes, bien desservie par les trains grande ligne et les TER.

Concernant l’infrastructure, outre la rénovation de la ligne, il faudrait créer une voie d’accès et un quai indépendant du reste du réseau afin de rejoindre la gare de Tarbes. L’électrification pourrait être opportune car la ligne est courte et pourrait être électrifiée en 1500v en se branchant sur la sous-station d’alimentation de Tarbes, son opportunité dépendra du nombre de fréquences prévues sur la ligne.

F. Réouverture ligne Montpellier – Castries

Une ligne reliait autrefois la gare de Montpellier à celle de Castries, une ville de sa périphérie. La ligne pourrait être reprise par la Région ou la Métropole de Montpellier, son exploitation en tram-train pourrait être effectuée par TAM, la société d’économie mixte exploitant le tramway de Montpellier.

La ligne serait indépendante du reste du réseau en se branchant via une courte ligne de connexion sur le réseau du tramway de Montpellier au niveau de la station « Notre- Dame de Sablassou » sur la ligne 2, pour rejoindre le centre ville de Montpellier. Le reste de la ligne devrait être remis en état et électrifiée.

XII. Conclusion

Le tram-train permettrait de relancer une ligne en difficulté tout en ménageant les finances publiques lors de son exploitation. De fait, la ligne pourrait correspondre aux besoins des usagers qui souhaiteraient l’utiliser au quotidien ou de manière occasionnelle. L’utilisation du tram-train permettrait de sauver ou de redynamiser des petites lignes ferroviaires et de permettre le développement des territoires traversés. Lors des dernières élections la majorité régionale a manifesté sa volonté de développer le transport ferroviaire et de maintenir les petites lignes de TER ; le tram-train exploité selon la législation relative aux tramways serait un outil pour mettre en oeuvre cette politique sans augmenter les coûts d’exploitation, voire en les réduisant, tout en proposant un meilleur service à l’usager.



Sur le même sujet

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégié des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • La News Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

  • La News Rail Passion

    Recevez chaque mercredi toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La lettre du cheminot

    Recevez chaque jeudi les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La News Historail

    Recevez chaque lundi les derniers dossiers en ligne et le magazine dès sa parution

EN SAVOIR PLUS