fbpx

Toujours à vos côtés
La Vie du Rail vous offre un abonnement numérique à

JE DÉCOUVRE !
  • © CGC coll. Henri Dropsy

    À Limoges, le passage des troupes hindoues, dont certains détachements se trouveront en campement avec un garde écossais au dépôt de Saint-Pol-sur-Ternoise (Pas-de-Calais), dont Eugène Moret était le chef de dépôt. Ce cheminot a pris de nombreuses photos pendant tout le conflit.

  • © CGC coll. Henri Dropsy

    Un train blindé dans la région de Saint-Pol-sur-Ternoise, transportant un canon de marine de 190 Schneider, servi par des canonniers de la Marine. Photo prise par Eugène Moret, chef de dépôt, le 29 juillet 1915

  • © CGC coll. Henri Dropsy

    Le 1er juillet 1915 à Lyon, la gare des Brotteaux accueille des blessés et des infirmiers français rapatriés d'Allemagne, qui se rendent à l'hôpital auxiliaire installé temporairement dans l'école Ozanam.

CGC. Le train pendant et après la guerre

19 février 2020
- -
Par : Anne Jeantet-Leclerc

Pendant la Première Guerre mondiale, le rôle chemin de fer a été primordial pour le transport des troupes du matériel, des armes, mais aussi pour acheminer les permissionnaires, les blessés et les prisonniers. Un vaste sujet de recherche pour le Cercle de généalogie des cheminots.

Signé à Rethondes quatre ans après l’entrée en guerre de la France et de ses alliés (le Royaume-Uni, la Russie) face à l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie, l’armistice du 11 novembre 1918 a fait taire les armes, devenant une date de commémoration symbolique. Mais elle ne marque pas tout à fait la fin de la guerre. D’autres conflits, directement liés à la Grande Guerre, éclatèrent, notamment en Europe de l’Est et en Europe centrale où les peuples cherchèrent à gagner leur indépendance suite à l’effondrement des empires allemand, austro-hongrois et russe. Après de longs mois de discussions, le traité de Versailles sera signé le 28 juin 1919, soit huit mois après le 11 novembre 1918. Cependant, pour les soldats, l’expérience des combats s’est prolongée des mois, voire des années après. On a parlé des morts, des combats, mais rarement des prisonniers. Et pourtant… « La Grande Guerre a inauguré un nombre de prisonniers jamais connu auparavant : près de 7 millions, répartis partout dans le monde », explique l’historien François Cochet, conseiller scientifique de l’exposition 7 millions ! Les soldats prisonniers dans la Grande Guerre, récemment présentée au Mémorial de Verdun, en partenariat avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). « L’extraordinaire massification des armées nationales a entraîné l’augmentation des effectifs concernés par la captivité de guerre dans des proportions considérables. En 1918, les Allemands contrôlaient à eux seuls 2,5 millions de captifs », indique François Cochet. « Dès octobre 1914, le CICR s’est soucié de la possibilité d’échanger les grands blessés et malades qui étaient en captivité, d’obtenir leur rapatriement en train ou tout au moins leur hospitalisation en pays neutre », commente Daniel Palmieri, historien du CICR.

Pendant le conflit, dans la journée, il se pouvait qu’on utilise la traction animale sur les rails plutôt que le train pour transporter les blessés, car les locomotives pouvaient être repérées par l’ennemi à cause de la fumée et de la vapeur. « Pour des raisons de sécurité, les trains circulaient plutôt la nuit et on prenait soin de masquer la source lumineuse du foyer », raconte Henri Dopsy, président du Cercle de généalogie des cheminots (CGC), pour qui la Première Guerre mondiale constitue un vaste sujet de recherche. Dans la revue du CGC, Généalogie Rail, des articles largement illustrés sont consacré aux cheminots ayant été mobilisés pendant la Grande Guerre.

Transport des blessés par traction animale, 1915.

À Carency (Pas-de-Calais) sur la ligne de Lens à Frévet (Société des chemins
de fer économiques du Nord), le 29 septembre 1915, le transport de blessés
de jour par traction animale, photographié par Eugène Moret. La fumée d’un
train à vapeur aurait pu être repéré par l’ennemi. © CGC coll. Henri Dropsy

 

« Loin, très loin de Verdun, les marins et les soldats français de l’armée d’Orient ont connu des conditions de combat spécifiques et enduré des souffrances particulières », souligne François Cochet. « Les marins ont éprouvé l’angoisse des mines, tandis que les soldats débarqués aux Dardanelles se sont heurtés à la difficulté de creuser des tranchées, celle d’un improbable ravitaillement en eau et la capacité guerrière des soldats ottomans, motivés par la guerre sainte. Les parcours d’évacuation des blessés étaient encore plus tragiques que sur le front occidental. » Le film de Bertrand Tavernier Capitaine Conan (1996), adapté du roman homonyme de Roger Vercel, raconte avec talent cet épisode dramatique de la guerre.

« Après la signature de l’armistice, le chemin de fer, qui revêtait une importance capitale pendant la Grande Guerre pour alimenter le front en hommes et en matériel, et pour transporter les permissionnaires, va continuer d’être largement mis à contribution. Des échanges de prisonniers ont eu lieu. La procédure d’internement consistant à envoyer des prisonniers blessés ou malades dans des Etats neutres (les Pays-Bas, la Suisse) s’est développée. Là encore, le chemin de fer a pleinement joué son rôle », explique François Cochet. « Si, au départ, les Allemands étaient les mieux dotés en termes de réseaux ferrés, les Français ont pu rattraper leur retard. »

Arrivée de l'ambulance japonaise en gare de Paris-Lyon.

Arrivée de l’ambulance japonaise en gare de Paris-Lyon. © CGC coll. Henri Dropsy

 

En France, les poilus ne sont pas retournés immédiatement à la vie civile. La démobilisation s’est effectuée en deux phases : une première de novembre 1918 à avril 1919, et une seconde de juillet 1919 à début 1920. Au total, près de 5 millions d’hommes rentrent à la caserne au cours de ces deux années. « En revanche, les Français ont gardé leurs prisonniers allemands jusqu’en octobre 1919, peu avant la signature du traité de Versailles. » Un traité qui sera au coeur des revendications militaristes d’Hitler et de l’Allemagne nazie, dans les années 1930.

 

Contact : CGC, 01 58 20 51 29.

genealogie.cheminots@laposte.net

 

Plus d’actualités et dossiers sur le rail dans La Vie du Rail version papier ou en ligne !



Sur le même sujet

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégié des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • La News Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

  • La News Rail Passion

    Recevez chaque mercredi toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La lettre du cheminot

    Recevez chaque jeudi les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La News Historail

    Recevez chaque lundi les derniers dossiers en ligne et le magazine dès sa parution

EN SAVOIR PLUS